Immobilier : bilan de l’année 2020 et top 10 des grandes villes où les prix ont le plus progressé

information fournie par Mingzi22/12/2020 à 17:00

Selon le baromètre immobilier LPI-SeLoger, l'année 2020 s'achève sur une hausse des prix immobiliers de 6.5% (Crédit photo: Fotolia)

Selon le baromètre immobilier LPI-SeLoger, l'année 2020 s'achève sur une hausse des prix immobiliers de 6.5 %. Le bilan de cette année 2020 pour le marché immobilier, le top 10 des grandes villes où les prix ont le plus fortement progressé cette année.

Immobilier : le bilan de l'année 2020

Selon le baromètre immobilier LPI-SeLoger, l'année 2020 s'achève sur une hausse des prix immobiliers de 6.5%, après une hausse de + 4.8% en 2019 et de + 3.4% en 2018. Pourtant, l'année 2020 a été particulière, marquée notamment par deux confinements et le resserrement des conditions d'accès au crédit.

Début 2020, le resserrement de l'accès au crédit souhaité par la Banque de France a commencé à impacter l'activité du marché de l'immobilier ancien. Puis, en mars, avec le premier confinement, le nombre de transactions immobilières s'est effondré. À la sortie de ce premier confinement, la reprise de l'activité s'est traduite par un rebond exceptionnel des ventes qui ont progressé de 460% entre avril et juillet. Pour autant, ce rebond n'a pas été suffisant pour rattraper la perte d'activité subie pendant le confinement. Ainsi, à fin septembre, l'activité a accusé un recul de 14% par rapport à 2019.

Si le confinement a impacté l'activité du marché immobilier, les prix n'ont pour autant pas baissé. Pendant le premier confinement, la hausse des prix immobiliers a ralenti, mais les prix n'ont pas baissé et dès la fin du confinement, la hausse a repris. À tel point que, contre toute attente, les prix immobiliers ont même continué d'augmenter dans les villes françaises de plus de 100.000 habitants. 

Avec le resserrement de l'accès au crédit, les acheteurs les plus modestes, qu'il s'agisse de leur résidence principale ou d'investissement locatif, se sont retirés du marché. « En revanche, ceux qui sont restés sur le marché et se sont adaptés, ce sont les ménages les plus aisés. Le marché s'est transformé. Et la part des ménages aux revenus supérieurs s'est accrue. Le mouvement d'auto-alimentation de la hausse des prix s'est donc poursuivi. D'autant que dans les métropoles, les marchés sont des marchés de pénurie. Bien sûr, on construit. Mais pas suffisamment. Cela ne fait qu'aggraver le déséquilibre entre l'offre et la demande. Et il n'y a, à ce jour, aucune raison pour que cette tendance s'inverse. » explique Michel Mouillart, porte-parole du baromètre LPI-SeLoger.

Le top 10 des grandes villes où les prix ont le plus progressé en 2020

En termes de hausse des prix, quatre villes de plus 100.000 habitants ont vu le prix de leur immobilier ancien exploser avec plus de 16% de hausse sur un an. Il s'agit de Mulhouse (+ 16,5 % - 1.939 euros du m²), d'Angers (+ 16,4 % - 2.889 euros du m²), de Limoges (+ 16,4 % - 1.844 euros du m²) et d'Orléans (+ 16,1 % - 2.667 euros du m²). 
 
Affichant autour de 12% d'augmentation du prix de leur immobilier ancien, Montreuil, Metz et Nantes occupent respectivement la 5e, la 6e et la 7e place du palmarès des villes de plus de 100.000 habitants où l'augmentation des prix des logements aura été la plus marquée en 2020. À Montreuil le prix du m² atteint 6.876 euros, soit une hausse de 12,2 % sur 1 an. À Metz le prix progresse de 12,1 % pour se porter à 2.391 euros. Enfin, à Nantes le prix grimpe de 11,9 % à 4.151 euros. 

Aux trois dernières positions de ce classement, figurent Lyon (+ 11,8 % sur 1 an – 5.652 euros du m²), Le Mans (+ 11,7 % - 2.132 euros du m²) et Strasbourg (+ 10,5 % - 3.838 euros du m²). 

Le top 5 des grandes villes où les prix ont le moins progressé en 2020

Selon le baromètre LPI-SeLoger, les 5 villes de plus de 100.000 habitants pour lesquelles les prix de l'immobilier ont le moins progressé sont Brest (+ 4,6 % - 2.026 euros du m²), Argenteuil (+ 4,5 % - 3.294 euros du m²), Bordeaux    (+ 4,4 % - 5.023 euros du m²), Perpignan (+ 4,4 % - 1.560 euros du m²), Boulogne-Billancourt (+ 4,3 % - 9.063 euros du m²).