Crowdfunding immobilier : un rendement de plus de 9% mais pour quel risque ?

Mingzi07/09/2018 à 10:35

Crowdfunding immobilier : un rendement de plus de 9% mais pour quel risque ? (Crédit photo : Fotolia)

Le crowdfunding immobilier affiche un taux de rendement annuel moyen de 9,7% avec un taux de défaut depuis 2012 de seulement 0,5%.

HelloCrowdfunding et Fundimmo ont publié leur baromètre du crowdfunding immobilier pour le premier semestre 2018 et dévoilent pour la première fois le taux de retard de remboursement des projets financés.

Toujours plus de projets immobiliers financés

Le crowdfunding immobilier avait déjà connu une belle progression en 2017 : les épargnants avait prêté plus de 100 millions d'euros via les différentes plateformes de financement participatif, contre 62 millions en 2016. Cette tendance semble se confirmer en 2018. 

D'après le baromètre du crowdfunding immobilier, le montant des fonds collectés par plateformes au premier semestre 2018 a augmenté de 72% par rapport au premier semestre 2018, permettant de financer presque 50% de projets en plus.

Un rendement moyen de 9,7%

Il faut dire que le crowdfunding immobilier affiche un taux de rendement annuel moyen de 9,7% pour une durée de placement relativement courte (19 mois en moyenne). Un rendement très attractif comparé aux 0,75% du livret A ou encore aux 1,80% des fonds en euros des contrats d'assurance vie. 

Le crowdfunding immobilier se positionne comme une solution alternative à l'investissement locatif ou aux SCPI, tant du point de vue de la fiscalité que de la diversification des placements. En effet, en investissant via les plateformes de financement participatif immobilier, les épargnants acquièrent des obligations qui génèrent des revenus assimilés à des revenus mobiliers et bénéficient à ce titre de la flat tax.

Rendement attractif mais pour quel risque ?

99% des montants levés en crowdfunding immobilier au premier semestre 2018 l'ont été sous forme d'obligation. Les deux principaux risques encourus pour l'épargnant sont :
-    la défaillance du promoteur qui se retrouve dans l'incapacité de rembourser le prêt accordé par les épargnants. Ces derniers perdent alors tout ou partie de l'épargne investie.
-    le retard de remboursement (lorsque la date de remboursement est dépassée).

Le taux de défaut depuis 2012 s'établit à seulement 0,5% : au 30 juin 2018, sur les 221 projets arrivés à échéance, 196 projets ont été remboursés.

Pour la première fois, le baromètre du crowdfunding publie le taux de retard. Celui-ci est de 11.3% : sur les 221 projets arrivés à échéance, 25 projets sont toujours en attente de remboursement. Selon le baromètre, ces 25 projets et promoteurs connaissent des difficultés, mais cela ne signifie pas nécessairement qu'une perte sera constatée. A suivre ...