Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Kairod: des montres françaises imprimées en 3D
information fournie par Le Particulier pour BoursoraMag16/01/2022 à 08:30
Temps de lecture: 3 min

La société Kairod vient de lancer sa première montre entièrement imprimée en 3D crédit photo : Capture d’écran Instagram @kairod_officiel

La société Kairod vient de lancer sa première montre entièrement imprimée en 3D crédit photo : Capture d’écran Instagram @kairod_officiel

La start-up Kairod se lance dans la fabrication de montres imprimées en 3D. Une trentaine de modèles sont déjà disponibles à la vente. Elle n'est pas la seule start-up française à se lancer dans l'aventure de l'impression 3D de montres. Cette technologie pourrait bien révolutionner le monde de l'horlogerie.

L'impression 3D à la conquête de l'horlogerie

Une petite révolution dans le monde des technologies fait son chemin. L'impression 3D, déjà populaire dans l'immobilier, s'attaque désormais au secteur de l'horlogerie. Pour preuve, la start-up française Kairod se lance sur le marché de la fabrication de montres via l'impression 3D.

Fondée par Quentin Loiget, l'entreprise s'appuie sur les technologies du frittage de poudre et du Multi Jet Fusion pour imaginer et produire des garde-temps simples et élégants. Près de 30 montres ont déjà été conçues et sont disponibles pour une centaine d'euros sur la plateforme Etsy. 3 modèles existent à ce jour: la Lefkos aux couleurs noires et blanches pour plus de sobriété, la Selinis , grise et blanche et la Ilios tout en noire et jaune.

La société Kairod vient de lancer sa première montre entièrement imprimée en 3D

La société Kairod vient de lancer sa première montre entièrement imprimée en 3D

Les pièces qui servent à la fabrication des Kairod sont d'origines françaises et même ultra locales. Pour les aiguilles, Kairod s'est tourné vers l'entreprise La Pratique à Morteau. La société Sibra, située à Besançon se charge de la conception du bracelet interchangeable et le verre et fabriquée par Verlux, également localisé à Morteau.

La mode des montres 3D

Kairod n'est pas la première start-up à se lancer dans l'impression de montres 3D 100% française. Zigante est également sur le marché, depuis quelques années, et propose des montres «végétales en impression 3D» pour 55 euros. Une start-up normande qui se sert de matériaux comme du maïs et du blé français ainsi que du marc café récupéré auprès d'entreprises de restauration pour concevoir des garde-temps. Les clients peuvent également personnaliser leur modèle en choisissant chaque partie qui la compose. Les aiguilles sont protégées par un verre saphir réputé pour être quasiment incassable et inrayable.

Vers des montres ultra personnalisées

La première montre imprimée entièrement en 3D nous vient des États-Unis . Il s'agit de l'entreprise rvnDSGN, qui commercialise en 2013 une montre entièrement fabriquée en titane à l'aide d'une imprimante pour 600 dollars. Disponible en 3 coloris différents, elle n'était à l'époque disponible que sur commande. L'intérêt d'une telle technologie pour le consommateur est de pouvoir participer au processus de création de sa propre montre en personnalisant le modèle qu'il convoite.

L'immobilier, grand consommateur d'impression 3D

Si l'impression 3D commence à se faire une place dans l‘horlogerie, elle est déjà bien installée dans le secteur de l'immobilier. En Chine, les premières maisons individuelles existent déjà, pour un coût de fabrication qui défie toute concurrence (3.500 euros). En France , Yhnova, la première maison 3D, a été construite en seulement 3 semaines. Mais l'Hexagone n'est pas leader en la matière à l'échelle européenne. Au nord et à l'est de l'Europe se joue la bataille pour l'impression 3D. L'entreprise suédoise Skanska, spécialisée dans le BTP, s'est associée à une université du Royaume-Uni pour concevoir un robot imprimant des murs de béton prêts à poser. Elle est concurrencée dans le même domaine par BetAbram, une autre entreprise européenne basée en Slovénie. L'objectif est toujours le même: construire plus vite et moins cher. Une réponse possible à la flambée des prix de l'immobilier et au mal-logement dans bon nombre de pays dans le monde.

A lire aussi:

Bvlgari, Grand Seiko, Audemars Piguet: les 3 montres prestigieuses du Prix de Genève

DJ Snake x Hublot: la montre qui électrise la rentrée