Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Horlogerie: la saga Van Cleef & Arpels
information fournie par Webedia29/12/2017 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Horlogerie : la saga Van Cleef & Arpels (Crédits photo : Adobe Stock)

Horlogerie : la saga Van Cleef & Arpels (Crédits photo : Adobe Stock)

En 1895, le Hollandais Alfred Van Cleef épouse Estelle Arpels, la fille d'un grand vendeur de pierres précieuses français. De cette union naît onze ans plus tard la maison Van Cleef & Arpels, la première joaillerie à s'installer sur la célèbre place Vendôme, à Paris. Reconnaissable à son style associant féminité, poésie, glamour et raffinement, elle a su briser la frontière entre joaillerie et horlogerie . Retour sur l'histoire de cette société appartenant au groupe Richemont . Installée depuis 1906 au 22 place Vendôme, la maison Van Cleef & Arpels fait rapidement la démonstration de sa haute expertise dans le domaine de la joaillerie. Pour ses créations, la griffe s'inspire de la Belle Époque et devient très prisée par les femmes des hautes sphères de la société. En 1925, elle remporte le Grand prix de l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs et Industriels Modernes pour son Bracelet aux Roses, composé de 463 diamants, 293 rubis et 108 émeraudes.

L'alliance de la poésie et de la technique

L'année suivante, Renée Rachel Puissant, fille d'Esther Arpels et Alfred Van Cleef, prend la direction artistique de la maison. Elle s'allie à René Sim Lacaze, dessinateur talentueux, pour créer des pièces qui deviendront iconiques : le collier Passe-Partout, la boîte précieuse Minaudière... Ils inventent aussi la montre Cadenas, logée dans un bracelet très féminin et élégant. Pendant la Seconde Guerre Mondiale, une grande partie de la famille Arpels se trouve contrainte de s'exiler et ouvre une boutique à New York. En 1974, Van Cleef & Arpels devient la première maison joaillière française à s'installer au Japon. Elle poursuit ensuite son implémentation sur les cinq continents. Appartenant au groupe suisse Richemont depuis 1999 (comme Cartier , Jaeger-LeCoultre ou Montblanc ), la maison continue de se diversifier, en particulier dans le domaine de l’horlogerie. En 2010, elle remporte le Prix de la montre dame à Genève pour Le Pont des Amoureux, un garde-temps particulièrement poétique. Elle propose ensuite la collection des Cadrans Extraordinaires, pour laquelle chaque cadran est conçu comme un tableau miniature. En 2014, lors du Salon International de la Haute Horlogerie (SIHH) de Genève, la maison dévoile sa Midnight Planetarium . Elle conjugue prouesses techniques et esthétique de prestige, deux notions chères à cette entreprise.