Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ces objets connectés qui nous espionnent
Le Particulier pour BoursoraMag28/02/2020 à 07:30
Temps de lecture: 2 min

Ces objets connectés qui nous espionnent (Crédits photo : Shutterstock)

Ces objets connectés qui nous espionnent (Crédits photo : Shutterstock)

Bracelets connectés, montres, assistants vocaux virtuels, caméras... Ou même encore balances, ampoules, poubelles.... Les objets connectés ont le vent en poupe et séduisent de plus en plus. Aujourd'hui, près de la moitié des Français en possèdent au moins un, selon un sondage BVA. Utiles, agréables, intuitives, ces technologies font mille merveilles. Toutefois une question demeure : que se passe-t-il avec nos données personnelles, captées en permanence par ces véritables petits espions du quotidien ?

Un nouveau monde ultra connecté

Oui, les Français apprécient les objets connectés et les achètent volontiers. Selon le cabinet GfK, plus de cinq millions d'entre eux ont trouvé preneurs dans notre pays. Les grands gagnants : les « homes assistants », les télévisions et montres connectées. Paradoxe tout hexagonal : selon un sondage BVA, six interrogés sur dix estiment qu'ils sont utiles. Mais 74% se déclarent néanmoins « inquiets quant à l'utilisation des données personnelles issues des objets connectés ».

Des petits espions du quotidien qui laissent des traces numériques

La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes met toutefois en avant des risques potentiels. Elle met en garde contre « l'utilisation commerciale des données personnelles et les atteintes à la vie privée », mais surtout contre le piratage informatique. « Dès lors que se connecter à internet devient une fonction intégrante d'objets du quotidien, les concepteurs de ces équipements doivent faire face aux risques de cyber-attaque. »

Comment se protéger du piratage informatique ?

  • Bien s'informer sur les caractéristiques de chaque objet connecté et les interactions qu'il peut avoir avec les autres appareils électroniques du foyer.
  • Sécuriser la connexion, via des mises à jour sécurité et logicielles régulières.
  • Changer fréquemment de mots de passe.
  • Limiter l'accès de l'objet aux autres appareils informatiques.

Aspirateurs qui en savent trop et doudous pirates

Un aspirateur connecté peut connaître plus de choses sur vous que vous ne le pensez, alerte Vincent Roca, chercheur à l'Inria interrogé par France Culture : « Les aspirateurs sont tellement perfectionnés que certains d'entre eux sont même capables de cartographier [un]habitat. On peut penser que la cartographie de l'habitat va être échangée avec ces acteurs d'autant plus que derrière on va pouvoir par exemple, calculer la surface de l'appartement. Quand on est dans un quartier très recherché, ce sont des informations qui vont permettre de connaître la classe socio-professionnelle de la famille. Ça participe à cette collecte d'informations pour profiler, pour avoir une image très précise des différentes personnes. »

Les peluches connectées peuvent potentiellement être mal sécurisées. En 2018, Amazon a procédé au retrait de plusieurs doudous de CloudPets. Leur principal danger : un risque d'espionnage avéré. Via Bluetooth, une personne malveillante pouvait enregistrer de l'audio, via la peluche. Mieux vaut donc bien se renseigner sur chaque objet, s'assurer de la sécurité de chacun d'entre eux, et ne pas prendre les conditions d'utilisation à la légère.

A lire aussi : https://lifestyle.boursorama.com/high-tech/les-francais-prets-a-etre-gouvernes-par-une-intelligence-artificielle/

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer