Bourse : les valorisations européennes sont redevenues très élevées (Lyxor AM)

le , mis à jour à 17:24
4

Les valorisations boursières progressent plus rapidement que les résultats des entreprises en Europe.
Les valorisations boursières progressent plus rapidement que les résultats des entreprises en Europe.

Avec la hausse continue des marchés européens depuis le début de l’année, les PER (Price/Earnings Ratio) des entreprises européennes ont fortement augmenté. L’argument souvent avancé ces derniers mois, selon lequel les marchés européens restent moins « chers » que les marchés américains, n’est plus vrai.

C’est une conséquence logique du bond de 20% des indices européens depuis le début de l’année : la valorisation boursière des entreprises européennes face à leurs fondamentaux financiers atteint des niveaux historiquement élevés, expliquait mercredi 15 avril Jeanne Asseraf-Bitton, directrice de la recherche cross-asset chez Lyxor Asset Management.

PER « forward » à 16,6 sur les actions européennes

En finance, l’indicateur habituellement regardé pour mesurer la valorisation des entreprises face à leur résultat net comptable est le Price/Earnings Ratio, abrégé PER (voir infra pour une définition de cet indicateur).

Jeanne Asseraf-Bitton expliquait ainsi qu’en fin d’année 2014, les PER « forward » (sur les résultats attendus cette année) des entreprises de l’Eurostoxx (indice européen de référence) étaient encore situés à environ 14, soit un niveau déjà légèrement plus élevé que leur moyenne historique. La valorisation des entreprises américaines était alors significativement plus élevée, atteignant déjà un niveau supérieur à 16. Les commentateurs soulignaient ainsi l’attractivité relative des marchés européens face aux marchés américains.

Toutefois, avec la hausse ininterrompue des marchés européens depuis janvier, le PER moyen des entreprises de l’Eurostoxx a également augmenté et se retrouve désormais à un niveau de 16,6, quand le PER comparable des actions américaines se trouve actuellement à 17,1, expliquait Jeanne Asseraf-Bitton en se basant sur des données issues de Macrobond et de la recherche interne à Lyxor.

L’attractivité des marchés européens face aux marchés américains, en termes de valorisations relatives, ne serait donc plus une raison de rattrapage des marchés européens.

La raison : pas de révision à la hausse des résultats d’entreprises

Si les PER européens augmentent, c’est pour une raison simple. D’un côté, les investisseurs sont optimistes et s’attendent à ce que le plan de relance de la BCE porte ses fruits en permettant aux entreprises de dégager davantage de profits cette année ainsi qu’en 2016. En conséquence, le prix des actions monte.

De l’autre côté, les entreprises européennes, échaudées par plusieurs années de faible croissance de leurs résultats, restent très prudentes et n’ont globalement pas encore relevé leurs objectifs de croissance pour l’année 2015, expliquait Jeanne Asseraf-Bitton.

Ainsi, la hausse actuelle des PER ne serait pas forcément le signe d’une bulle boursière : si les entreprises relèvent prochainement leurs objectifs financiers comme l’attendent les investisseurs, le niveau moyen des PER pourrait redescendre légèrement.

À noter toutefois que le niveau des PER actuellement atteint est particulièrement élevé par rapport aux données historiques. Jeanne Asseraf-Bitton faisait ainsi remarquer que, même en 2007, le même PER « forward » sur les résultats attendus n’avait pas dépassé un niveau de 14. « Le niveau des valorisations commence à être un peu tendu actuellement », commentait ainsi la directrice de la recherche cross asset de Lyxor.

À l’inverse, dans le creux des phases de baisses boursières de 2008 et 2011, le même PER « forward » avait atteint des chiffres très faibles aux alentours de 8 ou 9.

Qu’est-ce qu’un PER ?

Pour rappel, le PER est un indicateur cherchant à rendre compte de la forte ou faible valorisation d’un titre en Bourse face aux résultats comptables de l’entreprise concernée. Cela peut être étendu à un indice entier.

Le PER d’une entreprise s’obtient en divisant sa capitalisation boursière par le résultat net de la dernière année comptable connue, ou des prévisions pour l’année suivante (on parle alors de « PER forward »). Autre méthode équivalente : le PER peut aussi s’obtenir en divisant le prix d’une action par le bénéfice par action (BPA ou EPS en anglais), souvent communiqué par les entreprises.

Un PER de 16,6 sur l’Eurostoxx correspond à la moyenne des PER de chaque entreprise composant l’indice. S’y trouvent notamment des entreprises allemandes, françaises, espagnoles, etc.

Un PER haut signifie que les investisseurs valorisent fortement un titre par rapport aux fondamentaux financiers des entreprises. Mais une hausse boursière liée à une amélioration du paysage économique s’accompagne toujours d’une hausse des PER sans que cela soit forcément un signe de bulle. L’indicateur est donc toujours à interpréter avec précautions, mais reste malgré tout pratique pour constater certaines évolutions en termes de cycles boursiers.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mercredi 15 avr 2015 à 18:51

    PER historiques......Et les taux, historiquement, ils sont souvent négatifs? Tu préfères acheter de l'OAT à 0% ou du total à 4% de rendement et 14 de per alors que les dividendes n'ont jamais baissé?

  • lhonderm le mercredi 15 avr 2015 à 17:27

    Wouais... Bah, ya quand même la BCE...

  • abacchia le mercredi 15 avr 2015 à 16:08

    Mouais... Dans le cadre d'un marché régi par l'offre et la demande, la technique d'analyse des PER a toujours été la meilleure technique ! Mais depuis l'arrosage titanesque de liquidités par plusieurs Banques Centrales dans le Monde, la règle de l'offre et de la demande n'est plus ! Seuls comptent les flux financiers énormes qu'il faut injecter... Dans les actifs "risqués" (actions) puisque tous les autres compartiment de marché ne rapportent plus rien, voire coûtent dans certains cas !

  • LeRaleur le mercredi 15 avr 2015 à 15:58

    Un joli plouf bientôt. Choisir le meilleur moment pour shorter.