Boeing : le 747 a du plomb dans l'aile

le
1
Un Boeing 747 d'Air France au musée de l'Air et de l'Espace. 
Un Boeing 747 d'Air France au musée de l'Air et de l'Espace. 

Une communication financière de Boeing au gendarme de la Bourse américaine (SEC) laisse peu d'espoirs sur l'avenir du Boeing 747-8. Cet avion mythique, dont l'ultime version passagers compte 500 sièges, décliné aussi en version tout-cargo, pourrait, en effet, ne plus être fabriqué. Faute de commande supplémentaire, pour ne pas créer de pertes financières, le programme pourrait être arrêté, avertit Boeing dans cette information aux investisseurs.

Déjà cette année, la cadence de production a été ramenée d'un appareil par mois à un tous les deux mois. Il reste à livrer 21 B747. S'y ajoutent 16 appareils en version cargo pour la compagnie russe Volga-Dnepr, commandés au récent Salon de Farnborough près de Londres. Sans oublier la Maison-Blanche qui devrait signer pour un nouvel Air Force One présidentiel.

Moins tendue, la situation de l'Airbus A380 aux 550 sièges est également délicate, même si 126 appareils restent à livrer. Lors du récent salon aéronautique londonien, Fabrice Brégier, PDG d'Airbus, a annoncé que 12 A380 seraient assemblés par an à partir de 2018, contre27 en 2015. Sauf, bien sûr, nouvelles commandes. L'exception reste Emirates avec ses 142 A380, l'avion choisi par la compagnie de Dubaï pour devenir la première au monde.

Des quadriréacteurs gourmands

Cette désaffection pour les très gros porteurs s'explique par l'autoconcurrence d'autres appareils dans les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pascalcs il y a 4 mois

    Ce magnifique avion aura marqué la construction aérienne comme peu d'autres. Espérons le voir encore voler pour quelques temps.