Baisse de taux en Australie, fin de cycle en vue

le
0
LA BANQUE CENTRALE D'AUSTRALIE BAISSE ENCORE SON TAUX DIRECTEUR
LA BANQUE CENTRALE D'AUSTRALIE BAISSE ENCORE SON TAUX DIRECTEUR

SYDNEY (Reuters) - La banque centrale d'Australie a abaissé son taux d'intérêt directeur mardi pour la deuxième fois de l'année, cherchant ainsi à relancer la croissance mise à mal par la baisse des investissements dans l'industrie minière et aussi à empêcher une appréciation trop forte de sa devise.

Le dollar australien a effectivement cédé du terrain après cette annonce mais il est vite remonté, les investisseurs se demandant si cette baisse de taux n'est pas la dernière du cycle.

Dans son communiqué annonçant une réduction d'un quart de point de son taux directeur à 2%, nouveau plancher historique, la Reserve Bank of Australia (RBA) fait en effet état de signes de reprise de l'économie et ne mentionne plus la possibilité de nouvelles mesures.

"Les informations disponibles suggèrent une tendance plus favorable pour la demande des ménages depuis six mois et une accélération de la croissance de l'emploi", note le texte signé par le gouverneur Glenn Stevens.

Le dollar australien a initialement cédé un demi-cent américain mais avant d'inverseer la tendance pour revenir à $0,7910. Il avait atteint la semaine dernière un pic de trois mois à plus de 80 cents après des statistiques américaines mitigées, susceptibles de retarder le début du relèvement des taux d'intérêt de la Réserve fédérale.

L'appréciation du dollar australien est d'autant plus préjudiciable pour le pays que les prix du minerai de fer, son principal produit d'exportation, ont baissé de moitié pour revenir sous les 60 dollars la tonne.

Pour Su-Lin Ong, économiste chez RBC Capital Markets, le communiqué de politique monétaire de la RBA est "équilibré et un petit peu plus positif".

"Implicitement on comprend qu'ils sont très à l'aise avec le niveau auquel ils ont ramené le taux directeur et qu'il y a maintenant beaucoup d'obstacles à une nouvelle baisse", ajoute-t-elle.

Les baisses de taux passées avaient stimulé le secteur de la construction et encouragé un mouvement de spéculation immobilière, notamment à Sydney, qui a suscité des mises en garde des autorités de régulation et d'agences de notation comme Fitch.

(Wayne Cole, Danielle Rouquié et Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant