Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Trouver votre logement sur Instagram, c’est possible!
information fournie par Le Figaro26/03/2019 à 06:00

Trouver votre logement sur Instagram, c’est possible! (Credit Photo: Jakob Owens - Unsplash)

Trouver votre logement sur Instagram, c’est possible! (Credit Photo: Jakob Owens - Unsplash)

Dans un marché immobilier tendu où les bonnes affaires sont rares, les particuliers n'hésitent pas à trouver leur bonheur sur les réseaux sociaux. Après Facebook, Instagram est leur nouveau «terrain de jeu».

Instagram ne sert pas qu'à partager vos photos. À l'heure du 2.0, certains n'hésitent pas à utiliser cette application pour trouver un logement. Habitant depuis quatre ans un 39 m² au 2e étage dans le XVIIIe, Jeanne, 38 ans, s'est mise en quête d'un appartement plus grand et plus lumineux. Elle débute ses recherches sur les portails immobiliers mais à chaque fois, le bien qu'elle visait, était déjà loué. «Pourtant, je contactais le propriétaire ou l'agence dès que je recevais une alerte», précise-t-elle. Puis, elle remarque sur Instagram qu'une internaute loue des résidences secondaires avec le hashtag #alouer. Une initiative qui lui donne une idée: et si elle cherchait son bonheur sur cette application?

Pour dénicher son futur logement, Jeanne a fait appel à un administrateur de biens qui gère une centaine de locations par an à Paris Ouest (notamment le XVIIe) et à Levallois. L'hiver dernier, Édouard Niepce s'est lancé sur le créneau de la location sur Instagram. Parmi les biens récemment loués, un 49 m² au 6e étage, rue Jacquemont (près du square des Batignolles dans le XVIIe), moyennant un loyer de 1250 euros par moischarges comprises (voir ci-contre). Là où 80 personnes en moyenne l'appellent pour une annonce publiée sur Se Loger, seulement une quinzaine de particuliers le contactent via l'application appartenant à Facebook. Mais la quantité ne fait pas tout, selon lui. «L'audience sur Instagram est plus faible mais plus qualifiée: je sais que ces 15 personnes seront vraiment intéressées par le bien mis en location», explique Édouard Niepce.

Comment? «Avec Instagram, je peux utiliser toutes les facettes d'Instagram pour mettre en valeur le logement: les vidéos pour réaliser des visites virtuelles, les photos pour réaliser des stories», souligne l'administrateur. Les particuliers peuvent aussi affiner leur recherche en utilisant les hashtags des noms de quartiers ou d'une caractéristique liée au logement qu'ils désirent trouver. C'est en visualisant les photos de ce qui allait devenir son futur logement que Jeanne a eu «un coup de cœur immédiat». «L'appartement est très lumineux, dispose d'un très joli parquet (voir ci-dessus), se réjouit-elle. Jusque-là, les biens que je trouvais sur Internet étaient soit trop sombres, soit trop chers ou mal placés».

Il s'agit d'un 52 m² situé au 5e étage (sur 6), dans le quartier de La Fourche (XVIIe arrondissement de Paris) que Jeanne loue aujourd'hui 1350 euros par mois. «Rechercher un logement est un hobby pour moi, j'ai envie de me faire plaisir», s'enthousiasme la jeune femme qui n'exclut pas de passer de nouveau par Instagram pour trouver son futur logement. «Mais cette fois-ci, ce sera un achat», précise-t-elle.

Un créneau que la start-up Proprioo a choisi pour diffuser ses biens sur Instagram. «Avec nos lives et nos visites virtuelles, les acheteurs peuvent se faire rapidement un avis sur les biens que nous mettons en vente, sans avoir à se déplacer. Nous pouvons avoir de vrais échanges avec eux. Cela change des coups des fils impersonnels», expliquent Simon Primack et Henri Pagnon, cofondateurs de Proprioo. La start-up a ainsi récemment vendu, en moins de cinq jours, un appartement de 62 m², situé Porte de Saint-Cloud pour 649.000 euros, soit près de 10.500 euros le m² (voir ci-dessous) .

Même certains grands réseaux immobiliers s'y sont mis. «Instagram et Facebook sont des canaux incontournables pour cibler la clientèle des 25-45 ans qui, dans un marché tendu, cherchent d'autres créneaux pour trouver un logement», estime Yann Jéhanno, président de Laforêt qui a lancé, il y a neuf mois, un compte Instagram (plus de 3000 abonnés) et il y a 4 ans, un compte Facebook (85.000 abonnés). «Pour l'heure, nous vendons via Facebook qui concourt à près de 10% de nos transactions mais sur Instagram, nous y viendrons prochainement», conclut-il.

0 commentaire

Annonces immobilières