Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Taxe foncière : déménager pour payer moins cher ?
information fournie par Boursorama avec Pratique.fr22/01/2022 à 07:30

Selon un sondage récent, 67 % des Français seraient prêts à déménager pour payer une taxe foncière moins élevée, si celle-ci devait augmenter. La fiscalité locale viendrait-elle concurrencer la recherche de sécurité, de surface et d'espaces verts dans les motivations principales pour choisir un lieu de vie ?

Taxe foncière, déménager pour payer moins cher ?iStock-Lya_Cattel

Taxe foncière, déménager pour payer moins cher ?iStock-Lya_Cattel

Une augmentation constante du montant de la taxe foncière

La taxe d'habitation étant en voie de disparition, la taxe foncière occupe de plus en plus le devant de la scène dans les préoccupations financières des ménages, qui craignent qu'elle vienne à compenser peu à peu le manque à gagner que les collectivités ont dû assumer. Selon l'observatoire national mis en place par l'UNPI (Union nationale des propriétaires immobiliers), le coût de ladite taxe a en effet augmenté de 28 % en dix ans, hausse trois fois plus importante que celle de l'inflation (+ 8,9 %) ou que celle des loyers (+ 9,7 %). Ce qui a tendance à mettre les Français de mauvaise humeur, ce sont surtout les disparités entre les différentes villes, et l'inadéquation incompréhensible entre la valeur du logement et le montant de la taxe. Ainsi, pour un couple avec deux enfants occupant un appartement de 70 m2, elle s'élève à 1 533 € à Montpellier et à 745 € à Paris. Contre toute attente, la capitale détient en effet le record des villes où les impôts locaux (taxe d'habitation et taxe foncière) sont les moins élevés. Elle est même en tête pour la taxe d'habitation (13,38 %), et arrive en seconde position, après Boulogne-Billancourt, pour la taxe foncière (8,37 %).

Une révision de la fiscalité locale en 2026

Si le prix de la taxe n'est plus en corrélation avec le prix du m2, c'est tout simplement parce qu'elle est déterminée par la valeur locative du bien en... 1970 ! Cette valeur symbolique, qui n'a pas tenu compte des réaménagements locaux depuis 50 ans, est devenue totalement obsolète. Le montant a été quelque peu revu à la hausse afin de tenir compte de l'inflation, mais il n'en demeure pas moins que la taxe foncière des villes où le prix de l'immobilier a flambé reste fortement sous-évaluée. Mais cela ne devrait pas durer. En 2026, les impôts locaux seront en effet réajustés par une révision des valeurs locatives cadastrales servant de base fiscale au calcul. Certains seront soulagés par une baisse conséquente de leur taxe, mais d'autres pourraient bien la voir s'envoler. Si l'on décortique le sondage, parmi les 67 % des enquêtés prêts à déménager, 12 % l'envisageraient si la hausse est inférieure à 10 %, et 15 % si l'augmentation est comprise entre 50 et 99 %. La part la plus importante est représentée par le tiers des enquêtés, qui quitteraient leur ville s'ils devaient faire face à une augmentation de 10 à 49 %. Ils sont par ailleurs 7 % à affirmer qu'ils ne bougeraient qu'à partir d'un doublement de leur taxe, et 15 % qu'ils ne déménageraient pas à cause d'une hausse de la taxe. Dans l'échantillon, 18 % se disent non concernés par la taxe foncière. Mais, comme tout sondage, ce reflet de l'opinion est à considérer à un instant T et dans un contexte donné. Parallèlement au taux d'imposition, d'autres critères seront bien sûr à considérer au moment de prendre une décision, notamment le prix d'achat au m2, qui restera probablement le plus déterminant pour l'acheteur potentiel.

11 commentaires

  • 23 janvier13:27

    En tout cas on est pas tous égaux devant les taxes et qd on te file un rsa mais que tu payes la tva j'estime que t'en paye pas puisque tu n'as pas travaillé pour avoir cet argent et pareil pour les apl et pareil pour tt le social.


Annonces immobilières