1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Succession: vers un système moins protecteur pour les enfants?
Le Particulier08/02/2019 à 18:00

Burdun Iliya/Shutterstock / Burdun Iliya

Le remplacement de l'ISF par l'IFI a eu pour conséquence de réduire les besoins de défiscalisation. Dès lors, les dons aux associations ont eu tendance à reculer. Pour remédier à ce phénomène, une réflexion est engagée sur les règles encadrant les successions en France. La réserve héréditaire, laquelle revient obligatoirement aux enfants, pourrait être réduite en vue d'encourager les plus fortunés à transmettre une part de leur patrimoine à des associations, au détriment de leurs héritiers.

Une baisse des dons aux associations suite à la transformation de l'ISF en IFI

Depuis le 1er janvier 2018, l'Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF) a été remplacé par l'Impôt sur la Fortune immobilière (IFI). Ce changement de dispositif n'a pas été sans conséquence sur le montant des dons reçus par les associations. En effet, le nombre de foyers fiscaux concernés par l'IFI est évalué à 120.000, contre 340.000 pour l'ISF. Le montant moyen des patrimoines imposés est également plus faible puisque seul l'immobilier est pris en compte. Dès lors, le besoin de défiscalisation s'est fortement réduit, ce qui s'est traduit par une baisse des dons aux associations.

A savoir

La réduction d'impôt à laquelle peut prétendre un contribuable soumis à l'IFI (et auparavant à l'ISF) est égale à 75 % du montant des dons réalisés. Elle ne peut être supérieure à 50.000 €.

Une réforme des successions pour relancer les dons?

A la fin de l'année dernière, Gabriel Attal, secrétaire d'Etat en charge des Associations, a répondu aux inquiétudes de ces dernières en lançant une mission chargée d'identifier des pistes pour relancer les dons. Avec un objectif affiché: permettre aux plus fortunés de donner, s'ils le souhaitent, «une partie conséquente de leur fortune à des associations».

Actuellement, les règles françaises encadrant les successions visent à protéger les enfants. En effet, le principe de la réserve héréditaire accorde à ces derniers le droit d'obtenir une part incompressible du patrimoine de leurs parents. L'héritier est «réservataire».

La réserve héréditaire varie en fonction du nombre d'enfants. Ainsi, elle correspond à la moitié des biens du défunt en présence d'un enfant, aux deux tiers s'il y a deux enfants et aux trois quarts en présence de trois enfants ou plus. Au final, seule une portion du patrimoine du défunt peut être transmise librement: il s'agit de la quotité disponible.

Un sujet sensible dans un pays où la fiscalité des successions est élevée

Réduire la réserve héréditaire et donc accroître la quotité disponible pour développer une forme de «philanthropie» à la française ne serait pas anodin. En effet, une telle réforme viserait à réduire la protection des enfants en tant qu'héritiers de leurs parents. Or, la fiscalité française des successions en ligne directe vient déjà considérablement entamer la part des héritages revenant aux enfants.

Ailleurs en Europe, plusieurs pays, comme le Portugal, la Suède ou l'Autriche, n'ont pas d'impôt sur les successions. En Allemagne, l'abattement en ligne directe est de 400.000 €, contre 100.000 € en France. En Italie, le taux maximal d'imposition est de 8 % pour les enfants, contre 45 % en France.

Pour l'heure, une telle réforme paraît donc loin d'être acquise. Toutefois, la mission vient tout juste de débuter et son avis ne sera pas rendu avant quelques mois. D'ici là, de nouvelles pistes pourraient être mises en avant, notamment dans le cadre d'une réflexion plus large sur la fiscalité des successions.

Les règles actuelles encadrant les successions sont favorables aux enfants. Toutefois, une réflexion est engagée pour encourager les plus riches à donner une plus grande part de leur patrimoine à des associations.

29 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • Eboracum
    10 février18:39

    Très bien comme idée .. faudrait même donner le nom des assoces ?? LaREM , P$ , LR .....

    Signaler un abus

  • heimdal
    10 février10:40

    Et vers un nouveau dégagisme aux élections.Ras les b..... de la spoliation

    Signaler un abus

  • lsleleu
    10 février00:16

    L'idée lumineuse c'est de déshériter en partie ses enfants pour faire des dons aux associations ; donnez moi le nom de ce doux rêveur !

    Signaler un abus

  • rcresus
    09 février18:03

    en fait les 2/3 des dons aux associations viennent de l'état!

    Signaler un abus

  • YTRAM
    09 février15:31

    C'est le nouveau nom de la France

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer