1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Succession : Gérald Darmanin souhaite alléger l'impôt sur les donations
Boursorama avec Newsgene22/02/2019 à 13:18

(Pixabay / Tama66)

Interrogé lors d'une audition au Sénat, le ministre de l'Action et des comptes publics s'est déclaré opposé à une augmentation des droits de succession. Dans le même temps, il s'est dit favorable à un allégement de la fiscalité en ce qui concerne les donations. 

La fiscalité appliquée aux successions et aux donations fait partie des thèmes abordés dans le grand débat national. De nombreuses familles cherchent en effet à gérer au mieux leur patrimoine au fil des générations. Ce jeudi 21 février, Gérald Darmanin s'est exprimé sur cette thématique lors d'une audition devant le Sénat. Et, alors que l'augmentation des droits de succession est évoquée, il s'est clairement positionné contre cette hypothèse.

Plus de souplesse pour les donations

« Je ne suis pas favorable du tout à une augmentation des droits de succession. Nous avons les taux d'imposition les plus élevés après le Japon et la Corée du Sud », a déclaré le ministre de l'Action et des comptes publics, cité par Les Echos.

« On hérite désormais souvent à 55, 60, 65 ans, à un moment où on a moins de besoins qu'à 35, 40 ou 45 ans. La question qui se poserait, à mon avis, c'est plutôt un allégement de la mobilité des donations de son vivant qu'une aggravation des droits de succession », a-t-il ajouté. 

Terra Nova plaide pour une hausse des droits de succession

Gérald Darmanin veut donc apporter davantage de souplesse sur les donations plutôt que renforcer la fiscalité sur les successions, une mesure souhaitée notamment par le « think tank » Terra Nova pour lutter contre les inégalités de patrimoine.

Que ce soit pour les successions ou les donations, il existe aujourd'hui un abattement de 100 000 euros par enfant et une exonération pour le conjoint marié ou passé, rappelle Les Echos. Le barème progressif se met ensuite en place avec un taux marginal allant de 45% à 60%. Mais Terra Nova a souligné dans une étude que seule une petite partie des successions, environ 20%, étaient au final imposées normalement. Le taux moyen d'imposition se situait ainsi plutôt à environ 5 % en 2015.

 

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • ericlyon
    25 février09:52

    Un taux moyen va ne veut rien dire.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer