Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Retraites complémentaires : une revalorisation d'environ 5 % attendue pour novembre
information fournie par Boursorama avec Newsgene23/09/2022 à 13:52

La revalorisation des retraites complémentaires devrait se situer entre 4,9 et 5,2 %. Illustration  (wir_sind_klein / Pixabay )

La revalorisation des retraites complémentaires devrait se situer entre 4,9 et 5,2 %. Illustration (wir_sind_klein / Pixabay )

Après une revalorisation des pensions de retraite du régime de base de 4 % décidée par le gouvernement à la mi-juillet, les retraites complémentaires devraient à leur tour connaître une hausse comprise entre 4,9 et 5,2 %, à compter du 1er novembre 2022.

Face à l'inflation, le montant des pensions de retraite est revalorisé de manière significative cette année. Ainsi, à la mi-juillet, le gouvernement avait annoncé une hausse de 4 % des pensions du régime de base (CNAV). Désormais, les retraités du privé attendent la revalorisation des pensions complémentaires qui devrait se situer entre 4,9 et 5,2 %, selon les informations de nos confrères du Parisien mercredi 21 septembre.

« Une chose est sûre, on fera mieux que l’État »

Ces pensions complémentaires versées par l'Agirc-Arrco seront officiellement augmentées à compter du 1er novembre 2022, mais l'annonce du chiffre exact devrait intervenir dès le 6 octobre. « Une chose est sûre, on fera mieux que l’État. Mais on prend le temps de trouver un compromis » , a glissé un administrateur au quotidien francilien.

Le montant de la revalorisation fait donc actuellement l'objet de vifs débats entre les organisations patronales et syndicales représentées au sein de l'Agirc-Arrco.

« Les retraites doivent rester alignées sur l'inflation »

Toutefois, ils doivent faire face à certaines contraintes mentionnées dans des conventions qui définissent les modalités de calcul. En effet, « les retraites doivent rester alignées sur l’inflation hors tabac (soit 5,3 % selon les dernières prévisions) mais dans la limite d’un plafond qui correspond à la hausse du salaire moyen par tête (SMPT) soumis à cotisations sociales sur un an (soit 4,8 % selon les dernières estimations) » , précise Le Parisien .

Dans le même temps, les réserves du régime doivent pouvoir continuer de supporter une situation de crise et donc ne pas tout consacrer à cette revalorisation. Au total, cette hausse devrait engendrer un coût d'environ 4,2 milliards supplémentaires par an, pour une revalorisation de 5 %.

0 commentaire

Annonces immobilières