Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Que faut-il vérifier avant de transférer son PERP sur un PER ?
information fournie par Mingzi12/05/2020 à 18:43

Depuis le 1er octobre 2019, les titulaires d'un PERP peuvent transférer leur épargne vers un PER (plan épargne retraite) (Crédit photo: 123RF)

Depuis le 1er octobre 2019, les titulaires d'un PERP peuvent transférer leur épargne vers un PER (plan épargne retraite) (Crédit photo: 123RF)

Si vous possédez un PERP, avez-vous intérêt à transférer votre épargne sur un PER ? Quels sont les points à vérifier ?

Depuis le 1er octobre 2019, les titulaires d'un PERP peuvent transférer leur épargne vers un PER (plan épargne retraite), le nouveau produit d'épargne retraite lancé dans le cadre de la loi Pacte. À partir du 1er octobre 2020, il ne sera plus possible d'ouvrir un PERP, mais les versements sur les contrats existants resteront toujours possibles. Si vous possédez un PERP, avez-vous intérêt à transférer votre épargne sur un PER et quels sont les points à vérifier ?

Les principales différences entre le PERP et le PER

D'une manière générale, le PER est plus souple que le PER.

Tout d'abord, l'épargne versée sur un PERP est bloquée jusqu'à l'âge de la retraite, sauf dans un cas de sortie anticipée prévu par la loi qui permet de débloquer l'épargne avant la retraite. Le PER offre un cas de déblocage supplémentaire par rapport au PER : il est possible de débloquer l'épargne pour l'achat de la résidence principale.

Au moment de la retraite, le PERP prévoit une sortie en rente viagère et le déblocage de 20% de l'épargne sous forme de capital. Il est également possible de récupérer la totalité de l'épargne sous forme de capital afin de disposer d'un apport personnel pour acheter sa résidence principale (il faut pour cela respecter certaines conditions, comme ne pas avoir été propriétaire de son logement au cours des deux dernières années précédant celle de la conversion du PERP).

Avec le PER, le titulaire bénéficie d'une plus grande liberté d'utilisation de son épargne : au moment du départ en retraite, les retraits pourront être effectués librement en rente et/ou en capital, en une fois ou de manière fractionnée.

Les points d'attention avant de transférer son PERP vers un PER

Les frais

Il convient de vérifier que les frais prélevés sur le PER ne vous sont pas défavorables par rapport à ceux pratiqués sur votre PERP. Il y a 4 grands types de frais :

  • Les frais sur versement : ils sont prélevés à chaque fois que vous effectuez un versement sur votre contrat. Ils peuvent représenter au maximum 5% du montant versé.
  • Les frais de gestion : ils sont prélevés tous les ans sur votre épargne et peuvent aller jusqu'à 1,5% de l'encours.
  • Les frais d'arbitrage : ils sont prélevés lorsque vous passez d'un support à l'autre et peuvent représenter jusqu'à 1% du montant arbitré.
  • Les frais d'arrérage : ils sont destinés à couvrir les frais « administratifs » de l'assureur lorsqu'il vous verse une rente viagère. Ils peuvent aller de 0% à 3% du montant de la rente viagère.

Il faut également faire attention aux frais de transfert. Si votre PERP a moins de 10 ans, les frais de transfert vers un PER peuvent monter jusqu'à 5% de l'encours d'épargne. Si le transfert s'effectue au sein du même établissement, les frais sont en général offerts. Au-delà de 10 ans, les frais de transferts sont nuls.

La table de mortalité

Une fois à la retraite, plus votre espérance de vie est élevée, plus le montant de votre rente viagère sera faible car l'assureur doit faire durer votre épargne le plus longtemps possible. Pour calculer votre espérance de vie, les assureurs utilisent la « table de mortalité » de l'INSEE. Les contrats qui garantissent l'utilisation de la table de mortalité en vigueur au moment de la souscription sont plus avantageux que ceux qui utilisent la table de mortalité en vigueur au moment de la liquidation car plus la table est ancienne plus l'espérance de vie est courte.

Les cas particuliers

Selon votre taux d'imposition, la fiscalité de la sortie 20% en capital du PERP au moment de le retraite est plus intéressante que celle de la sortie en capital du PER. Dans le cas du PERP, l'épargne peut être soumise à un prélèvement forfaitaire libératoire (PFL) de 7,5%, sur une base de 90% du capital brut. Dans le cas du PER, le capital est soumis à l'impôt sur le revenu et les intérêts sont soumis à la flat tax a taux de 30%.

2 commentaires

  • 20 mai09:07

    On voit bien que la relecture avant publication n'est pas leur fort!


Annonces immobilières