Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Pouvoir d'achat : cette aide méconnue que la moitié des retraités ne demandent pas
information fournie par Moneyvox08/07/2022 à 08:50

(Crédits photo: ©  LIGHTFIELD STUDIOS - stock.adobe.com)

(Crédits photo: © LIGHTFIELD STUDIOS - stock.adobe.com)

205 euros par mois : tel est le manque à gagner moyen pour les retraités qui ne pensent pas à demander l'Allocation de solidarité aux personnes âgées. 50 % des retraités éligibles ne la demandent pas.

Par MoneyVox,

Auparavant appelée "minimum vieillesse", l'Allocation de solidarité aux personnes âgées est une aide encore bien trop méconnue en France. Tel est le constat fait par la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques. Dans une récente étude, la DREES s'inquiète du taux de non-recours à cette aide financière : ce seraient environ 50 % des retraités éligibles qui ne la demanderaient pas. Résultat ? Un manque à gagner de 205 euros par mois en moyenne pour les personnes concernées !

L'Allocation de solidarité aux personnes âgées, qu'est-ce que c'est ?

Abrégée ASPA, l'Allocation de solidarité aux personnes âgées est une aide financière qui a remplacé le minimum vieillesse. Ce coup de pouce s'adresse à tous les retraités dont le niveau de revenus ne dépasse pas un certain seuil. Pour y être éligible, il faut être âgé de 65 ans ou plus, mais surtout respecter un certain plafond de revenus. Pour l'année 2022, ce seuil est ainsi fixé à 916,78 euros par mois pour une personne seule, et 1 423,31 euros par mois pour un couple. Enfin, il faut également résider en France depuis plus de 6 mois.

Pourquoi l'ASPA est-elle si peu demandée par les retraités ?

Selon une récente étude la DREES relayée par TF1 Info, la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques, 50 % des retraités éligibles ne demandent pas l'ASPA. Un taux en légère progression, puisque cette proportion était de 54 % en 2012, mais qui reste extrêmement important. Au final, ce seraient ainsi 321 200 personnes âgées qui ne toucheraient pas l'ex-minimum vieillesse alors qu'ils y ont droit.

Alors même que l'inflation grignote le pouvoir d'achat des Français, retraités compris, comment expliquer un taux de non-recours à l'ASPA aussi important ? Plusieurs facteurs entrent en jeu. Tout d'abord, la méconnaissance de ce dispositif et des modalités associées. En effet, la perception de l'ASPA n'est pas automatique : il faut en faire la demande auprès de son organisme référent (MSA, Sécurité sociale, etc.). Le manque d'accès aux outils du numérique, cette "rupture technologique" évoquée par TF1 Info, explique aussi que près d'un senior sur deux n'y ait pas recours.

Lire aussi: Pensions de retraite : "un niveau élevé" d'erreurs de calcul selon la Cour des comptes

Un coup de pouce de 205 euros par mois en moyenne

Au final, le manque à gagner moyen s'établit à environ 205 euros par mois pour les 321 200 retraités qui oublient de demander l'Allocation de solidarité aux personnes âgées. Pour estimer le montant de cette aide financière, il suffit de déduire le montant de ses revenus mensuels du seuil en vigueur (916,78 euros pour une personne seule ou 1 423,31 euros pour un couple). Un retraité célibataire qui perçoit 700 euros de revenus peut donc prétendre à une aide de 216,78 euros par mois (916,78 – 700). Ce calcul se base sur les revenus perçus au cours des trois derniers mois, ou sur les douze derniers mois pour les personnes dont les revenus sont fluctuants. Notez que les autres aides (APL par exemple) ne sont pas retenues dans le calcul des revenus du foyer.

En revanche, lors de la succession d'une personne touchant l'ASPA, la caisse de retraite peut se retourner vers les héritiers afin de récupérer les sommes versées . Seule condition à remplir : que le montant net de la transmission, déduction faite des dettes, soit supérieur à 39 000 euros.

5 commentaires

  • 07 juillet12:15

    l'Aspa est une avance à rembourser. Les montants versés du vivant du bénéficiaire seront récupérés lors de la succession. Cependant, cette récupération ne s'applique que si le montant net de l'actif successoral (biens mobiliers, immobiliers et argent détenu sur le compte) est supérieur à 39 000 euros. Il est également à noter que les sommes à rembourser ne peuvent pas dépasser le montant de la succession.


Annonces immobilières