Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Portrait des investisseurs français selon l’AMF et l’OCDE
information fournie par Le Particulier11/12/2023 à 08:00

Les nouveaux investisseurs sont nombreux sur les marchés financiers. L’AMF tente de mieux les connaître. ( crédit photo : Shutterstock )

Les nouveaux investisseurs sont nombreux sur les marchés financiers. L’AMF tente de mieux les connaître. ( crédit photo : Shutterstock )

De nombreux épargnants investissent sur les marchés financiers depuis 2020. Une étude de l’OCDE pour l’AMF dresse le portrait de ces nouveaux investisseurs. Ils sont en moyenne plus jeunes et pour moitié investis en crypto-actifs. Ils s’informent davantage sur les réseaux sociaux et ont tendance à surestimer leurs connaissances financières.

Près d’un Français sur quatre détient un produit d’investissement

Le nombre des investisseurs particuliers est en forte hausse depuis 2020. L’AMF (Autorité des Marchés Financiers) a souhaité mieux les connaître pour pouvoir les conseiller. L’autorité financière s’est associée à l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) pour mener une vaste étude au printemps 2023. 24% des personnes interrogées déclarent détenir un produit d’investissement. Ce terme regroupe:

  • Les actions cotées ou non cotées,
  • Les fonds d’investissement (y compris des ETF),
  • Les produits de Bourse,
  • Les crypto-actifs,
  • Les titres de financement participatif.

La moitié des investisseurs a commencé à investir depuis le début de la pandémie de COVID-19. Cela représente 12% de la population française adulte. 9% des Français détiennent des crypto-actifs et 7% ont des actions cotées.

Les nouveaux investisseurs ont plusieurs actifs dans leur portefeuille

Près des deux tiers de ces nouveaux investisseurs sont des hommes. Ils sont plus jeunes: 36 ans en moyenne, contre 51 ans pour les investisseurs traditionnels. 28% avaient moins de 25 ans au moment de leur premier investissement. Leur niveau de qualification, leurs revenus et leur patrimoine sont supérieurs à la moyenne des Français. Les employés et les ouvriers sont davantage représentés que chez les investisseurs traditionnels (37%, contre 20%). Enfin, on compte davantage de femmes.

Les trois quarts de ces nouveaux investisseurs détiennent plus d’un produit d’investissement. 54% ont investi dans des cryptoactifs (dont 63% parmi les 25-34 ans). Les investisseurs traditionnels sont deux fois moins nombreux à détenir cet actif. Le contrat d’assurance-vie en euros est le deuxième produit le plus populaire (33% des nouveaux investisseurs le détiennent), suivie de l’épargne retraite (29%) et des actions cotées (24%). 61% détiennent des placements en Bourse, contre 84% pour les investisseurs traditionnels. Leur horizon d’investissement est plus court: les deux-tiers se projettent à moins de 10 ans.

Motivations pour investir et choix des placements des nouveaux investisseurs

Parmi les raisons d’investir, les nouveaux venus évoquent la volonté de diversifier leur épargne (35%), d’accroître leur rendement (28%), mais aussi la curiosité (29%) et le jeu (18%). 31% des moins de 25 ans mettent en avant leur souhait d’investir dans des placements durables.

Près de 7 néo-investisseurs sur 10 affirment prendre le temps de rechercher de l’information sur les produits avant de faire un investissement. Leurs sources sont multiples:

  • Documents d’information sur les produits financiers (41%),
  • Médias spécialisés en finance (36%),
  • Entourage (39%, dont 45% chez les 25-34 ans),
  • Réseaux sociaux (28%, dont 41% des 18-24 ans),
  • Influenceurs (22%, dont 29% des 18-24 ans),
  • Conseillers financiers (32%).

Les montants investis restent modérés: la moitié des néo-investisseurs place moins de 5000 euros depuis 2020. En moyenne, les investissements en crypto-actifs s’élèvent à 4070 euros, contre 5743 euros en actions et 5575 euros en crowdfunding.

Selon l’étude, ces nouveaux investisseurs ont tendance à surestimer leurs connaissances en matière financière. Deux tiers des sondés affirment avoir un niveau de connaissances «élevé». Cette proportion grimpe à 73% chez les 18-24 ans, et 75% chez les 25-34 ans. Dans les faits, ils peinent à répondre correctement à des questions portant sur des notions simples et des concepts clés en matière de finance.

Les femmes sont plus conscientes des limites de leurs connaissances financières

Les études sur la culture financière des femmes et leur relation à l’investissement révèlent leurs doutes. Elles questionnent davantage leurs connaissances financières que les hommes. Elles ont même tendance à sous-estimer leurs compétences en matière d’investissement. Selon une étude OpinionWay pour la plateforme Fundimmo et la société de gestion ATLAND Voisin, moins de 2 Françaises sur 10 se disent à l’aise avec les sujets financiers. 68% n’osent pas s’affranchir des placements garantis par peur de se tromper. Selon l’étude de l’OCDE, 42% des femmes citent les conseillers financiers comme source d’information, contre 32% pour l’ensemble des sondés.

0 commentaire

Signaler le commentaire

Fermer