1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Location meublée non professionnelle (LMNP) : tous les atouts
Le Revenu15/04/2019 à 16:56

Découvrez toutes les informations utiles concernant la location meublée non professionnelle. (© DR)

La location meublée, même non professionnelle, est une activité commerciale. Les profits qui en découlent sont taxés comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) et non comme des revenus fonciers, un gros avantage pour les bailleurs. Voici pourquoi.

Le volet fiscal et administratif d'un investissement locatif est presque aussi important que le choix et le financement du bien.

Le statut de loueur en meublé non professionnel (LMNP) est recherché à juste titre. Il n'existe pas de définition fiscale du LMNP, si ce n'est à contrario. «Le loueur en meublé non professionnel est celui qui ne remplit pas les conditions requises par l'Article 155 du Code général des impôts, pour être qualifié de professionnel», écrit Maud Velter, dans «Location meublée saisonnière» (Maxima).

Ainsi le loueur en meublé non professionnel est, en pratique, celui qui n'est pas inscrit au registre des commerces et des sociétés et/ou qui ne retire de l'activité de location meublée qu'un montant de recettes annuelles inférieur ou égal à 23.000 euros. La plupart des bailleurs qui louent en meublé ont le statut de LMNP

Les loyers perçus pour les biens que vous louez meublés ne sont pas taxés comme des revenus locatifs classiques. Qu'il s'agisse de la location saisonnière ou de biens loués à l'année, au mois ou à la semaine, les loyers sont imposés comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Régime micro-Bic

Si les loyers encaissés ne dépassent pas 70.000 euros, vous êtes soumis au régime micro-BIC (microentreprise), sauf option pour le régime réel.

Portez le montant brut des loyers perçus en page 2 de la

Lire la suite sur le revenu.com

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer