1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Infractions routières : les petites entreprises ne seront plus obligées de dénoncer le conducteur
Boursorama avec Newsgene25/05/2020 à 16:35

Infractions routières : les petites entreprises ne seront plus obligées de dénoncer le conducteur

Dans un arrêt prononcé en avril dernier, la Cour de cassation exonère certaines sociétés de l'obligation de dénoncer, au sein de l'entreprise, l'auteur d'une infraction au Code de la route. Artisans, autoentrepreneurs ou encore professions libérales qui utilisent leurs propres véhicules de fonction pourront ainsi éviter une seconde amende pour « non-dénonciation » du conducteur. 

Certaines entreprises vont être exemptées de l'obligation de dénoncer leurs salariés auteurs d'infractions au Code de la route, rapporte Capital. Elles vont donc échapper à l'amende pour non-désignation du conducteur. De quoi soulager les artisans, les autoentrepreneurs, les professions libérales ou encore les entreprises individuelles concernés par cette mesure. C'est la conséquence d'un arrêt du 21 avril dernier rendu par la Cour de cassation et qui fait ainsi jurisprudence.

Une seconde amende variant de 450 à 1 875 euros

Depuis le 1er janvier 2017, les entreprises, qui sont des personnes morales, doivent désigner les employés (personnes physiques) qui seraient flashés par un radar avec leurs véhicules de fonction. Les poursuites sont alors orientées vers le coupable. En l'absence de désignation, le dirigeant de l'entreprise reçoit une nouvelle amende dont le montant varie de 450 à 1 875 euros. C'est ce qui s'est passé pour de nombreux professionnels qui étaient les seuls utilisateurs de leurs voitures de société et qui réglaient leur amende sans s'auto-dénoncer.

Le flou persiste

La jurisprudence va permettre d'en finir avec cette situation, mais des doutes subsistent précise Capital. « On peut s'attendre à une modification des pratiques ou du formulaire CERFA (l'avis de contravention, NDLR) » explique un avocat interrogé par le site. Mais cela ne suffira pas, estime l'avocat qui s'attend à une « pagaille ». En attendant que des mesures plus précises soient prises par les autorités, le mieux pour le professionnel reste encore de se dénoncer.

Si la seconde amende pour non-dénonciation du conducteur a déjà été reçue, il faut la contester, sans la payer. Car en réglant une contravention, on clôt la procédure. Enfin, cette jurisprudence ne s'applique pas rétroactivement pour des infractions commises avant le jugement.

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • plelan
    25 mai18:20

    Les fourgons vont recommencer à rouler en excès sur la file de gauche. Ce n'est pas sérieux.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer