Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Immobilier : le marché du luxe se porte bien malgré la crise du Covid-19
information fournie par Boursorama avec Newsgene10/02/2021 à 15:44

À Paris, les professionnels ont notamment enregistré une hausse des prix et des ventes de biens immobiliers de luxe. (illustration) (DokaRyan / Pixabay)

À Paris, les professionnels ont notamment enregistré une hausse des prix et des ventes de biens immobiliers de luxe. (illustration) (DokaRyan / Pixabay)

Le Covid-19 a impacté négativement de nombreux secteurs d'activité en 2020, dont l'immobilier. Le marché des biens de très grand luxe a cependant enregistré des résultats très satisfaisants. Les acquéreurs étrangers, représentant une importante clientèle, ont en effet été remplacés par des Français, soucieux d'effectuer un placement sûr et de s'offrir des conditions de vie agréables.

Malgré la crise sanitaire, sociale et économique liée au Covid-19, l'immobilier de prestige se porte au mieux. Le secteur a même atteint des sommets durant l'année 2020, à Paris comme partout en France. L'absence des acheteurs étrangers, traditionnellement très actifs sur ce segment, n'a fait plonger ni le nombre ni le montant des transactions, rapportent Les Échos.

La pandémie comme accélérateur

« La crise Covid a incité spécialement les acheteurs français à se ruer sur l'immobilier de prestige avec deux motivations principales, explique Alexander Kraft, PDG de Sotheby's International Realty France. Pour améliorer leur qualité de vie et en même temps pour profiter de l'immobilier comme valeur refuge. » Le manque à gagner a ainsi été comblé.

À Paris, le nombre de transactions concernant des biens vendus entre 1 et 3 millions d'euros a légèrement chuté en 2020. Les prix sont en revanche restés stables. Du côté des logements de plus de 3 millions d'euros, les professionnels ont enregistré une hausse des tarifs et des ventes. Entre 2019 et 2020, le prix moyen du mètre carré des habitations parisiennes vendues par l'agence Daniel Féau a par exemple augmenté de 9,2 %.

2020, année record

Un appartement d'exception situé avenue Montaigne a même trouvé preneur au prix de 45 000 € le mètre carré, établissant un nouveau record pour la capitale. L'ensemble du secteur immobilier parisien n'est cependant pas logé à la même enseigne. Selon les données recueillies par les notaires, les ventes conclues en 2020 étaient cependant en baisse de 18 % par rapport à l'année précédente.

Hors de la capitale, les logements de très grand luxe n'ont pas non plus connu la crise. Alexander Kraft évoque « un intérêt jamais vu pour les résidences de prestige en région ». Là aussi, les acquéreurs français sont à l'origine du phénomène. Le télétravail, les confinements, couvre-feux et autres mesures sanitaires contre le Covid-19 leur ont donné des « envies d'espace et de verdure ».

2 commentaires

  • 10 février16:38

    Un Smicard a le choix: soit il achète 1m², soit il vit 3 ans sans travailler ! Une chambre de 14m², çà ne fait que 42ans (C'est à dire toute une vie) payé au Smic ! Ce monde peut il continuer à fonctionner sur de tels écarts de revenus ????


Annonces immobilières