Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Immobilier à Paris : les primo-accédants se détournent de la capitale
information fournie par Boursorama avec Newsgene22/09/2020 à 14:42

Immobilier à Paris : les primo-accédants se détournent de la capitale

Immobilier à Paris : les primo-accédants se détournent de la capitale

Les Parisiens achetant leur premier bien immobilier représentaient 17 % des clients d'une banque francilienne en 2019 et seulement 13 % au premier semestre 2020. La forte hausse des tarifs dans la capitale, alimentée entre autres par les propriétaires revendant leur logement pour en acheter un autre, et les changements d'état d'esprit post-confinement expliquent le phénomène.

Les logements parisiens séduisent de moins en moins les primo-accédants. Si certains continuent à louer un bien dans la capitale en achetant ailleurs, d'autres choisissent d'investir en proche banlieue ou dans les communes du Grand Paris. Le phénomène s'explique par les prix élevés et par les effets de la pandémie de Covid-19, explique Le Parisien.

L'attrait d'une ouverture sur l'extérieur

Des experts de l'immobilier mettent en avant « le confinement, les envies de verdure et de plus d'espace au sein de son habitation ». Le télétravail permet aussi un éloignement de son lieu de travail habituel. Les primo-accédants regardent donc de plus en plus vers la banlieue parisienne, ce qui pourrait entraîner une « homogénéisation des prix » dans la région, selon Thierry Delesalle, président de la Commission des statistiques de la Chambre des notaires de Paris et d'Ile-de-France.

Au premier semestre 2020, 13 % des acheteurs contractant un prêt auprès d'une banque francilienne étaient des primo-accédants, contre 58 % sur toute la région parisienne. Ils étaient 15 % en 2016 et 17 % en 2019. Les tarifs élevés des biens en vente dans la capitale jouent un rôle important.

Des prix élevés peu accessibles aux jeunes

Seuls ceux qui « bénéficient d'une épargne familiale significative, sont aidés par leurs parents et présentent un apport financier » peuvent acheter à Paris, selon un expert. Début septembre, le mètre carré dans la capitale atteignait en moyenne 10 600 euros, selon MeilleursAgents. Ce tarif a connu une hausse de 34,4 % en cinq ans et de 42,1 % depuis septembre 2010.

L'augmentation est aussi entretenue par les propriétaires parisiens qui bénéficient d'une forte plus-value au moment de revendre leur logement. Ils peuvent ainsi consacrer un budget important à leur achat suivant. Cette situation prive encore davantage les primo-accédants de l'accès à des biens situés dans la capitale.

1 commentaire

  • 22 septembre15:10

    Et encore , combien de ces 13% de primo sont des fils de bonne famille avec un apport directement financé par le famille?Paris est juste hors de portée et les jeunes regardent ailleurs.


Annonces immobilières