Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

Epargne retraite : l'Etat doit-il accorder un crédit d'impôt ?
information fournie par Boursorama avec Newsgene09/08/2018 à 14:41

(Pixabay)

(Pixabay)

Pour favoriser l'épargne retraite, l'Etat compte sur le levier de la déduction fiscale. Antoine Delon, président de la société de courtage Linxea, estime que ce n'est pas assez incitatif. Un crédit d'impôt serait plus efficace, d'après lui.

Encourager l'épargne retraite, c'est l'ambition du projet de loi Pacte présenté le 18 juin dernier. Objectif, augmenter l'encours de l'épargne retraite de 100 milliards d'euros en trois ans. Les moyens envisagés risquent toutefois de « n'être pas assez incitatifs », prévient Antoine Delon, président de la société de courtage en assurance-vie Linxea, dans une récente tribune Les Echos.

Les bienfaits de l'incitation fiscale

Le gouvernement souhaite « lever certains verrous ». L'épargnant conserverait le même produit pendant toute sa vie professionnelle, avec « une sortie en capital à 100% ». Antoine Delon déplore cependant le manque de lisibilité des déductions fiscales. Peu de Français savent « combien d'impôts ils vont économiser grâce à leur épargne retraite », relève le dirigeant.

L'attractivité de l'épargne retraite devrait passer par sa démocratisation. « S'adresser à tous les citoyens » permettrait d'augmenter l'encours de l'épargne retraite de +50% en quatre ans. Les Français ne devraient pas être très difficiles à convaincre, puisqu'ils épargnent déjà. « Une incitation fiscale est nécessaire mais pas suffisante », assure Antoine Delon.

Un crédit plutôt qu'une déduction ?

Les dispositifs actuels de déduction fiscale laissent de côté 21 millions de foyers, d'après une estimation de la Direction générale des finances publiques. Un crédit d'impôt pourrait résoudre le problème, affirme Antoine Delon. Ce système présenterait l'avantage de la lisibilité et de l'universalité. De quoi « faire décoller l'épargne retraite ».

Une aide sous forme de crédit d'impôt ne concernerait pas que les ménages imposables. Les Français qui ne payent pas d'impôt pourraient recevoir un chèque du même montant. A charge pour l'Etat de déterminer la contribution des finances publiques. « A partir de 20%, ce mécanisme serait suffisamment incitatif », conclut Antoine Delon.

5 commentaires

  • 09 août15:44

    Et si on supprimais de verser les fonds à tous les syndicats?


Annonces immobilières