Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Fermer

Constructeurs en faillite, chantiers à l'arrêt : le cauchemar de ces Français qui attendent leur maison
information fournie par Boursorama avec Newsgene 14/06/2024 à 13:27

Près de 400 constructeurs de maisons individuelles auraient fait faillite entre janvier et avril 2024. (illustration) (Ralphs_Fotos / Pixabay)

Près de 400 constructeurs de maisons individuelles auraient fait faillite entre janvier et avril 2024. (illustration) (Ralphs_Fotos / Pixabay)

En raison de la hausse des taux d'intérêt et du prix des matériaux, de nombreux constructeurs de maisons ont mis la clé sous la porte ces derniers mois. Les chantiers sont à l'arrêt, les malfaçons augmentent et les propriétaires sont dans l'impasse.

Le secteur de la construction est en crise depuis de nombreux mois. Le nombre de faillites explose, rapporte TF1 Info . « Sur les quatre premiers mois de l'année 2024, il y a déjà 400 constructeurs de maisons individuelles qui sont tombés. À ce rythme-là, nous allons finir l'année 2024 probablement à 1 200. 1 200 procédures dans ce métier là, nous n'avions jamais vu ça depuis 2010 » , confie Thierry Millon, directeur des études chez Altares, dans le reportage diffusé sur la chaîne.

Conséquence : des milliers de chantiers sont à l'arrêt. Une équipe du JT de TF1 a pu visiter l'un d'entre eux. La maison est en partie construite mais inhabitable est « en train de pourrir » selon sa propriétaire. Cette dernière aurait dû emménager en 2023. Elle a beau relancer l'entreprise pour qu'elle finisse les travaux, celle-ci ne répond pas.

Avec la crise, les malfaçons explosent

Comment expliquer cette situation ? Les difficultés rencontrées par les entreprises sont la conséquence de la hausse des taux d'intérêt et du prix des matériaux. TF1 Info évoque l'exemple d'un gros constructeur d'Angers qui a fait faillite en 2023, abandonnant ses 220 chantiers en cours.

Dans ces périodes de crise, les malfaçons ont également tendance à augmenter. « Les constructeurs vont plus tirer sur les prix et sur la qualité. Et ce sont les moments où on a en réalité le plus de sinistres » , explique un avocat qui défend huit propriétaires.

6 commentaires

  • 14 juin 14:00

    Ca fait des décennies que durent ces scandales et que les autorités ne sifflent pas la fin de la récréation. Les marg oulins recréent des boites bid ons, récidivent sans arrêt. Le temps que la justice met à les rattraper leur permet de se gaver, lorsqu'ils se font serrer, hop insolvables.


Signaler le commentaire

Fermer