Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Compte courant : et si les Français avaient raison d’y laisser des sommes record ?
information fournie par Moneyvox15/03/2021 à 09:30

Conserver des liquidités sur son compte courant, est-ce réellement une si mauvaise idée ? ( © Unclesam - stock.adobe.com)

Conserver des liquidités sur son compte courant, est-ce réellement une si mauvaise idée ? ( © Unclesam - stock.adobe.com)

« Laisser de l'argent dormir sur un compte courant » : cette formulation populaire qui fait culpabiliser les Français est-elle justifiée ? Alors que certains envisagent de taxer les comptes courants, démêlons le vrai du faux. 

Par MoneyVox,

Certains acteurs du monde économique s'inquiètent des 94 milliards d'euros supplémentaires que les ménages ont laissés sur leurs comptes courants en 2020. Au total, ce sont 120 milliards d'euros qui avaient ainsi été accumulés en décembre 2020, une somme qui pourrait atteindre 200 milliards d'euros en fin d'année 2021. Autant d'argent qui ne circule pas dans le pays et qui pourrait freiner la reprise économique. Mais conserver des liquidités sur son compte courant, est-ce réellement une si mauvaise idée ?

Pourquoi épargner en temps de crise ?

Pour expliquer l'accroissement de l'argent accumulé par les Français, il est nécessaire de revenir sur la crise sanitaire de la Covid-19, la situation économique du pays lui étant intimement liée. Olivier Mareuse, directeur des fonds d'épargne de la Caisse des Dépôts et des Consignations (CDC), expliquait récemment que cette nouvelle épargne provenait à la fois des actes d'achat que les Français n'avaient pas pu concrétiser en raison des restrictions sanitaires, mais également d'une volonté de se constituer une épargne de précaution.

Au-delà des confinements, des couvre-feux et des magasins fermés, c'est ici la confiance des ménages qui compte. Dans son enquête mensuelle sur la confiance des Français, l'Insee aboutit d'ailleurs à la même conclusion : les ménages prévoient moins de dépenses importantes et veulent économiser davantage afin de faire face à d'éventuelles difficultés. Perte d'emploi, baisse de pouvoir d'achat, crainte de voir la situation s'éterniser… le moral des Français ne joue pas en la faveur de dépenses conséquentes.

Les alternatives au compte courant sont-elles viables ?

Face aux injonctions faites aux Français de ne pas laisser leur argent en sommeil, Philippe Brassac, directeur général du Crédit Agricole SA, a émis une circonstance atténuante : « prendre des risques, aujourd'hui, ne rapporte pas assez ». Il nuance tout de même ses propos en fonction du profil patrimonial des épargnants. Pour les ménages ayant un patrimoine important, s'orienter vers des placements non-garantis en capital est tout à fait pertinent. En effet, les supports tels que les unités de compte en assurance vie ou les titres boursiers permettent de mener à bien une stratégie de diversification de son épargne. 

Cependant, pour les ménages les moins fortunés, les risques associés à ces produits financiers ne sont pas compensés par la faiblesse actuelle des rendements. Selon le patron du Crédit Agricole SA, il est alors préférable de choisir la sécurité et la liquidité. Au-delà du compte courant, qui, rappelons-le, n'est pas rémunéré, il est alors possible de déposer ses économies sur un livret d'épargne tel que le Livret A ou le LDDS. 

L'argent emmagasiné sur les comptes courants dort-il vraiment ?

Lorsque l'on se place du point de vue de l'épargnant, il est essentiel de tenir compte du fait que le compte courant n'est pas rémunéré. Toutefois, d'un angle plus macro-économique, Philippe Brassac rappelle que cet argent ne dort pas : « Toute l'épargne est employée pour le financement de l'économie, il n'y a pas d'argent qui dort ! » Une mise au point faite devant la commission des finances du Sénat, le patron du Crédit Agricole rappelant ainsi que les liquidités déposées par les particuliers dans les banques sont utilisées pour l'octroi de financements. Il peut s'agir de crédits à court, moyen ou long terme destinés aux Français eux-mêmes, mais également aux entreprises.

Les ressources laissées sur un compte courant participent donc bien, d'une façon indirecte, à une reprise économique. C'est notamment le cas grâce au PGE, le Prêt Garanti par l'Etat, qui a pour vocation de soutenir les entreprises en difficulté en raison de l'épidémie de coronavirus.

17 commentaires

  • 15 mars10:57

    Celui qui s'avisera de faire passer une taxe sur les comptes courants, devra passer le restant de sa vie sous protection policière, moi c'est ce que je souhaite. D'autant que nous payons déjà des frais divers et variés, il y a meme une taxe pour absence de mouvements durant un certain temps, enfin dans certaines banques.


Annonces immobilières