Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Au 1er janvier 2019, vos cotisations retraite vont sans doute augmenter
Le Particulier10/06/2020 à 11:30

crédit photo : goodluz/Shutterstock / goodluz

Les cotisations acquittées au titre de la retraite complémentaire par chaque salarié du privé ont augmenté au 1er janvier 2019, conformément à l'accord signé en 2015 par les partenaires sociaux. En tout, trois mesures sont venues impacter négativement le pouvoir d'achat des cotisants.

Fusion des régimes Arrco et Agirc

Les partenaires sociaux gestionnaires des régimes de retraite complémentaire Arrco et Agirc des salariés du secteur privé ont signé le 30 octobre 2015 un accord national interprofessionnel destiné à assurer la pérennité de la retraite complémentaire. L'accord prévoit la création d'un régime unifié de retraite complémentaire, baptisé Agirc-Arrco.

Il est devenu effectif le 1er janvier 2019. Pour le financer, les salariés supportent une cotisation de retraite complémentaire divisée en deux tranches. La tranche 1 est appliquée sur la fraction du salaire correspondant au plafond mensuel de la sécurité sociale, la tranche 2 sur la fraction comprise entre 1 et 8 plafonds. Les cadres n'ont plus à payer une cotisation spécifique Agirc.

Une hausse du taux d'appel

À la base, une cotisation de retraite complémentaire est calculée par rapport à un revenu de référence et un taux (cotisation = revenu x taux). Cette cotisation génère des droits pour votre future retraite. Toutefois, un prélèvement supplémentaire, appelé «taux d'appel», est appliqué. Ce prélèvement est destiné à subvenir aux besoins financiers des régimes de retraite (gestion courante et réduction de leur déficit) et ne donne aucun droit à la retraite.

Pour le nouveau régime Agirc-Arrco, le taux d'appel s'élève à 127 % depuis le 1er janvier 2019. Autrement dit, 27 points de cotisations ne génèrent aucun droit à la retraite.

A savoir

Le taux d'appel des régimes Arrco et Agirc ressortait en 1982 à respectivement 110 % et 103 %. Depuis le 1er janvier 1995, il s'élevait à 125 % pour les deux régimes après avoir augmenté au fil des ans.

Une hausse des cotisations

Les taux de cotisation au régime Agirc-Arrco s'établissent à 6,20 % sur la tranche 1 et à 17 % sur la tranche 2. Elles sont prises en charge par les employeurs à hauteur de 60% et par les salariés à hauteur de 40%. Les salariés ont donc vu leurs cotisations augmenter et leur salaire net diminuer en janvier 2019.

Pour les non-cadres, la hausse a été comprise entre 0,11 % et 0,86 % selon leur niveau de rémunération. Elle a atteint 1,03 % pour les cadres. Toutefois, ceux dont la rémunération est inférieure au plafond de la Sécurité sociale ont bénéficié d'une légère baisse de leurs cotisations grâce à la suppression de la Garantie minimale de points payée par l'ensemble des cadres jusqu'en 2018.

Création de la CEG et de la CET

Le régime AGIRC-ARRCO comprend aussi une contribution d'équilibre général (CEG) au taux de 2,15 % sur la tranche 1 et de 2,70 % sur la tranche 2. Par ailleurs, une contribution d'équilibre technique (CET) est due par les cotisants dont la rémunération excède le plafond mensuel de la Sécurité sociale (3 428 € en 2020), au taux de 0,35 %, applicable sur la tranche 1 et sur la tranche 2.

Au 1er janvier 2019, les cotisations de retraite complémentaire des salariés du privé ont augmenté. Ces hausses de cotisations s'expliquent principalement par la fusion des deux régimes Agirc et Arrco à cette même date. Pour les salariés, il s'agit d'une perte de pouvoir d'achat sans contrepartie en termes de droits à la retraite.

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nestor98
    11 juin17:32

    Cet article ressort aussi des tiroirs, déjà paru courant 2019!

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer