Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Alléger votre remboursement de crédit immobilier
information fournie par Boursorama avec Pratique.fr29/04/2020 à 08:30

Les mécanismes qui permettent d’alléger les remboursements pendant la crise sanitaire.  La crise sanitaire actuelle impacte durement les revenus des ménages et la capacité des emprunteurs à s’acquitter de leurs mensualités. Actuellement, près d’un Français sur trois rembourse chaque mois un crédit immobilier. En ces temps incertains, vous pouvez recourir à plusieurs mécanismes pour alléger la charge financière de votre crédit immobilier. Décryptage de ces solutions ponctuelles et de leurs enjeux.

iStock-urbazon.jpg

iStock-urbazon.jpg

Le report des mensualités

Contractuellement, les emprunteurs qui subissent une perte brutale de revenus peuvent demander la suspension des mensualités jusqu’à 12 mois.  Cette clause est indépendante de la crise actuelle et est présente dans certains contrats de prêts. Dans le cas d’un changement de situation financière et sur réception d’une demande, l’établissement bancaire est donc tenu de vous octroyer le report des mensualités, si la clause est bien entendu comprise dans votre contrat de prêt. Cette solution drastique comporte cependant des revers et peut s’avérer coûteuse. La suspension des mensualités allonge la durée du prêt et génère des intérêts supplémentaires. A titre d’exemple, dans le cadre d’un crédit de 200 000 € à 1,5 % sur 20 ans contracté il y a deux ans, la suspension d’une mensualité de 965 € pendant 3 mois allonge la durée du prêt de 4 mois et génère un dépassement de 1 000 €. Par ailleurs, il est important de noter que les primes de l’assurance emprunteur ne sont pas touchées par le report et restent prélevées.

La « modularité » du prêt

En cas de difficulté, vous pouvez opter pour la réduction des mensualités de votre prêt, sous certaines conditions. La « modularité » est une option contractuelle qui permet de moduler le montant des mensualités selon l’évolution de votre situation financière. En tant qu’emprunteur, vous pouvez ainsi effectuer une demande d’augmentation ou d’allégement de vos remboursements auprès de votre établissement prêteur. La modularité est cependant restrictive. Elle est en effet habituellement réservée aux emprunteurs dont le prêt court depuis au moins deux ans. Par ailleurs, les augmentations ou réductions sont plafonnées et généralement comprises entre 10 % et 30 %, dans la limite d’un allongement maximum de la durée de prêt de deux ans. Au-delà, la requête sort du champ de la modularité. Si l’emprunteur demande une baisse de mensualités qui augmente la durée restante du prêt de plus de deux ans, il s’agit alors d’une restructuration de dettes.

Une négociation spécifique

Enfin, si vous ne disposez d’aucune de ces deux options, vous pouvez contacter directement votre conseiller bancaire pour envisager des solutions alternatives, adaptées à votre situation. Une négociation à l’amiable peut être envisagée pour définir les conditions d’un éventuel allégement des charges, même si votre établissement bancaire ne vous propose pas initialement cette option.  Le recours au prêt personnel figure parmi les solutions ponctuelles pour assurer le paiement des mensualités pendant la période de crise. Pour éviter les frais de découvert, il est également possible d’augmenter le montant du découvert autorisé. En ces temps incertains, les établissements bancaires restent ouverts à ces solutions qui permettent d’assurer la continuité du remboursement des crédits immobiliers.

0 commentaire

Annonces immobilières