Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

À Marseille, on préfère travailler à distance et à Lyon, venir au bureau
information fournie par Le Figaro11/10/2021 à 06:00

(Crédits photo : Unsplash - Agnieszka Boeske )

(Crédits photo : Unsplash - Agnieszka Boeske )

Une étude récente montre que le regard que portent les salariés sur le travail est assez différent selon qu'ils vivent à Paris ou en régions et même d'une ville à une autre.

Le télétravail semble destiné à s'installer durablement dans la vie des salariés. Mais si la cause est entendue sur les chiffres moyens à travers la France, une récente étude montre que les disparités locales restent fortes sur le sujet. L'enseigne spécialisée dans les bureaux flexibles en régions, Newton Offices a ainsi commandité une étude ciblant les salariés installés dans les agglomérations de Paris, Lille, Lyon et Marseille pour mieux appréhender la manière dont ils vivent l'évolution des modes de travail. Résultat: des différences sensibles apparaissent d'une ville à l'autre.

Globalement, 50% des Français préfèrent se rendre au bureau pour travailler, 22% privilégient le télétravail et 28% déclarent apprécier l'alternance. Il se trouve qu'à Lyon, 51% des salariés affichent leur attachement au travail en présentiel. À Marseille, on est particulièrement attaché au télétravail (37%) tandis que Lille et Paris misent plus que les autres sur l'alternance (32%). «Dans la perception du télétravail, le critère essentiel reste le temps de transport, souligne Guillaume Pellegrin, fondateur de Newton Offices. Au-delà de 30 minutes, le télétravail est vraiment apprécié. Or, on circule très mal à Marseille et la ville est deux fois plus étendue que Paris.»

1 à 3 jours chez soi

Si la majorité des salariés sondés dans ces grandes villes (68%) souhaitent désormais télétravailler au moins 1 jour par semaine, à Marseille, ils ne sont que 16% à désirer revenir au bureau tous les jours (contre 36% dans les autres villes). Paradoxalement, malgré cet attachement fort, les habitants de la cité phocéenne comme les Parisiens voient le juste équilibre entre 1 et 2 jours à distance alors que c'est 2 à 3 jours pour les Lyonnais et les Lillois.

Par ailleurs, les éléments de qualité qui rendraient le retour au bureau plus facile ou plus agréable varient aussi quelque peu. Là où les Provinciaux attendent surtout d'avoir du bon matériel mis à leur disposition (écran, bureau, etc.), les Parisiens sont attachés à l'équipement high tech (29%) et à la luminosité des locaux (21%). «Il y a évidemment une différence de densité et d'espace vital dans les bureaux, entre Paris et la province, explique Guillaume Pellegrin. On trouve plus facilement des bureaux en second jour dans la capitale.»

0 commentaire

Annonces immobilières