Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Équipements de sports d'hiver : les vacanciers de plus en plus séduits par la seconde main
information fournie par Le Figaro14/01/2023 à 08:00
Temps de lecture: 4 min

(Crédits photo : Unsplash - Sebastian Staines )

(Crédits photo : Unsplash - Sebastian Staines )

Alors que les Français font de plus en plus attention à leurs dépenses mais aussi à leur impact sur la planète, le marché de l'occasion prospère. Et permet de faire des économies substantielles.

La seconde main au service du sport ! Alors que la saison d'hiver bat son plein, certains peuvent être découragés par les sommes importantes exigées pour s'adonner à leur sport favori, tout particulièrement en temps d'inflation élevée. Heureusement, des initiatives permettent de dévaler les pistes à prix doux, tout en redonnant une nouvelle vie à des équipements qui, inutilisés, dorment bien souvent au fond du garage.

Sur les sites de revente de produits d'occasion, les offres permettent d'acquérir des équipements à des prix abordables, jusqu'à moins élevés que dans le commerce. Les consommateurs sont au rendez-vous, constatent les professionnels. « On a triplé nos ventes cet hiver. Les ventes se concentrent surtout sur des produits de ski comme des skis alpins, de randonnées ou encore des chaussures de ski », indique Arthur Rocle de Campsider, spécialisé dans la revente d'équipements de sport « outdoor », tels que la randonnée ou l'escalade. « On a bien observé une explosion des ventes sur les articles de sport depuis septembre. Sur cette période, une vente sur trois concerne des produits de ski », note Greg Cottret, fondateur de Sporteed, spécialisé dans la revente d'articles de sport entre particuliers.

» LIRE AUSSI - Les cadeaux de seconde main s'invitent sous le sapin de Noël

Sans surprise, le contexte joue, les ménages étant à la recherche de bons plans pour soulager leur portefeuille : « L'inflation nous donne ces ventes records, entre les enfants à équiper pour les classes neiges et les adultes », raconte Greg Cottret. Certains tentent même d'arrondir leurs fins de mois, en prenant une double casquette d'acheteur-vendeur. « On a remarqué que nos clients revendent leurs articles après la saison. Ça concerne environ 25% de nos clients particuliers », explique Arthur Rocle. « 42% des consommateurs mettent au moins un article en vente sur notre site », ajoute Sporteed.

Une pratique en pleine expansion

Outre leur coût moins élevé, les articles d'occasion séduisent aussi, plus largement, pour des raisons écologiques. Une dynamique observée depuis quelques années, sur laquelle les professionnels ont capitalisé. « On a constaté un vide dans le domaine de la revente d'articles d'occasion de sport. Il y avait un réel souhait de faire évoluer cette pratique », explique Arthur Rocle.

Il faut dire que le marché est alléchant : la seconde main représentait 7 milliards d'euros en France en 2021 et 105 milliards d'euros en Europe un an plus tard, en hausse de 22% en douze mois, selon une étude de Tripartie et Wavestone. « La seconde main ne concerne plus seulement les étudiants. Il y a une vraie évolution des mœurs au sein de la population qui a banalisé ce mode de consommation », analyse Clémentine Mossé, présidente de l'association The Greener Good. Le sport est particulièrement concerné, 50% des équipements de ce domaine étant potentiellement réutilisables lorsque l'acheteur originel n'en a plus l'utilité, selon l'Ademe.

Les grandes entreprises se mettent également sur le marché de la seconde main et observent le développement de la pratique avec attention. « Notre service d'achat se concentre principalement sur du matériel d'investissement comme les vélos, matériel de fitness ou encore de randonnée », explique Anthony Le Mens, chef de projet pour la seconde vie chez Décathlon. Le service de dépôt-vente a été mis en place depuis 2018 et enregistre une croissance à deux chiffres depuis son introduction en magasin. « On a observé une croissance de 70% pour l'année 2022 avec plus de 300.000 produits revendus » conclut-il.

La qualité, un point central pour l'acheteur

Reste l'obligation, pour les revendeurs, de s'assurer du bon état général des produits, un point particulièrement sensible pour les mordus de sport. « On fait un check qualité avant de poster nos produits. Lors de cette étape, on a environ 25% des annonces qui sont refusées selon des critères d'usure ou de technicité du produit », raconte le cofondateur de Campsider. Les annonces sont vérifiées par la demande d'une description, de photos suivie d'une inspection visuelle des équipements vendus, ce qui n'empêche pas d'éventuels problèmes de passer à travers ce filtre : « Ce sont souvent les articles électroniques qui nous sont signalés comme des montres ou des compteurs kilométriques de vélo », continue Greg Cottret.

Le prix peut également être modéré par le vendeur lorsque celui-ci dépasse un certain seuil. « Avec 100 à 200 annonces publiés par jours on a encore la capacité de vérifier manuellement nos annonces. S'il y a une suspicion, on bloque temporairement l'annonce et on demande des justificatifs à l'annonceur » explique le fondateur de Sporteed.

» LIRE AUSSI - Équipements, vêtements... Les ventes des articles de sport progressent

Le milieu associatif est également impliqué dans le monde de la seconde main. Les recycleries sportives proposent une série d'articles grâce à des dons de particuliers. « Sur l'année 2022, on estime la collecte sur l'ensemble de nos centres à 100 tonnes de dons en vêtements et équipements sportifs, allant de paire de basket à la tenue d'escrime », raconte Sarah Minchin, responsable de l'antenne à Paris. L'association dispose de huit antennes sur le territoire et propose des boutiques de revente sur place, après tri et réparation du produit, chacune des recycleries ayant leurs spécificités, selon les besoins locaux.