Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Contrôle technique des deux-roues : sa mise en place pourrait être plus longue que prévu
information fournie par Boursorama avec Newsgene21/11/2022 à 16:52
Temps de lecture: 2 min

Une consultation du public est prévue au début de l'année 2023 et l'instauration du contrôle technique « d'ici à la fin du premier semestre 2023 ». (Pixabay)

Une consultation du public est prévue au début de l'année 2023 et l'instauration du contrôle technique « d'ici à la fin du premier semestre 2023 ». (Pixabay)

Le conseil d'Etat a statué sur l'obligation du contrôle technique des deux-roues. Ce contrôle pourrait arriver à la fin du 1er semestre 2023, mais le secteur n'est pas prêt.

Conformément à la directive européenne, la mise en place du contrôle technique des deux-roues doit débuter en 2023. Le Conseil d'Etat l'a rappelé le 31 octobre dernier. Reste à déterminer de quelle manière ce contrôle technique va se dérouler. Pour l'instant, c'est l'inconnu.

« Impossible d'être prêts au premier semestre 2023 »

Un calendrier aurait été mis en place pour la création de ce contrôle technique lors d'une réunion organisée le 4 novembre par le ministre des Transports, Clément Beaune, avec la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) et des associations de lutte contre les pollutions sonore et atmosphérique (Respire, Ras le Scoot et Paris Sans Voiture), rapporte BFMTV . Une consultation du public est prévue au début de l'année 2023 et l'instauration du contrôle technique « d'ici à la fin du premier semestre 2023 » , a indiqué un proche du dossier à nos confrères. Mais cette information n'a pas été confirmée par le ministère des Transports.

Beaucoup de questions restent sans réponse. On ne connaît rien des points de contrôles. Il faut aussi établir le nombre de centres qui devront être créés et les techniciens à former et déterminer à quelle échéance ils le seront. Il est nécessaire ensuite de s'équiper en matériel et établir une certification de logiciels. La Fédération Nationale de l'Automobile (FNA) assure « qu’il est impossible d’être prêts au premier semestre 2023 » . L'organisme juge qu' « il faudrait environ deux ans » .

Un contrôle « absurde »

« Nous ne savons même pas qui devra déplacer le véhicule, le propriétaire ou le contrôleur, sachant que pour la pollution, le gabarit du pilote et la cylindrée jouent sur les émissions » , a précisé Emilie Repusseau, secrétaire générale adjointe de la FNA, à BFMTV .

Du côté des associations de motards (FFMC et FFM), on s'oppose à ce contrôle. Didier Renoult, porte-parole de la FFMC, trouve « absurde » de payer 30 euros pour faire ce contrôle tous les deux ou quatre ans. Un point de vue partagé par Vincent Thommeret, directeur général de Yamaha France qui est plutôt favorable à « un contrôle de conformité à la revente » .