Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Grooming : le bien-être au masculin
Le Particulier pour BoursoraMag19/07/2020 à 07:30
Temps de lecture: 2 min

Grooming : le bien-être au masculin (Crédits photo : Shutterstock)

Grooming : le bien-être au masculin (Crédits photo : Shutterstock)

La société évolue et les hommes sont de plus en plus nombreux à prendre soin d'eux : c'est le grooming. Des soins et des cosmétiques spécialement conçus pour les hommes envahissent les rayons. Barbe, peau, calvitie naissante... les marques se sont engouffrées dans la brèche.

Beauté au masculin : un marché entre passé et avenir

Il n'y pas vraiment de traduction pour le grooming, à part « toilettage ». La mode du grooming, désigne l'art pour un homme de prendre soin de lui. Ce marché ultra récent fait la part belle au passé : rien de plus rétro que d'aller chez le barbier. Rétro et hipster à la fois, le grooming séduit tout le monde.

Des gammes de soins exclusivement masculins (rasage, crème, lotion...) se développent. Si le marché cosmétique homme est largement inférieur à celui des femmes (8% en 2012), c'est un secteur à la croissance ultra rapide. Cette tendance a engrangé 38,5 milliards d'euros en 2018 (marché mondial) et les projections sont à 50 milliards en 2026*.

Le succès de la barbe

Retrouver des moments pour soi, se déconnecter du virtuel, découvrir des univers uniques... le grooming est une expérience en soi. En outre, l'incroyable déferlante de la barbe durant ces dernières années a permis au grooming de se développer. Des chercheurs australiens ont estimé que l'on a atteint le « pic de barbe » au premier semestre 2020, tant il y a de barbus dans le monde.

Et de cette barbe il faut prendre soin. Peigne, huile, cire et coupes se sont multipliés. Les barbiers (re)fleurissent dans toutes les villes avec succès, certains affichant une croissance de prés de 10% en nombre de clients depuis 5 ans.

Grooming : et si on allait plus loin ?

Les soins masculins sont différents des soins féminins : peau plus épaisse, transpiration et capillarité différentes... Des gammes spécifiques ont donc été créées par toutes les grandes marques.

La Corée du Sud est le pays où les hommes achètent le plus de produits cosmétiques. C'est un pays devenu un test pour le secteur. Depuis 2012, les américains achètent plus de produits de beauté que de rasage. En France, les hommes sont prêts à dépenser deux fois plus que les femmes dans les cosmétiques.

Alors à quand le grand saut du maquillage ? Le sujet reste assez tabou dès que l'on sort des défilés de mode. Mais pour certains, le maquillage est aussi l'avenir de l'homme. Tom Ford, réalisateur et styliste américain, sorte d'icône du grooming, recommande manucure, pédicure et maquillage. Pour lui, le désir de plaire, c'est pouvoir présenter la meilleure version de soi.

*Etude du cabinet Reportlinker.
** Etude OnePoll pour LastMinute, été 2016.

Les Risques en Bourse

Fermer