Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

BMW repeint ses voitures en vert
Le Particulier pour BoursoraMag23/09/2020 à 07:30
Temps de lecture: 3 min

BMW repeint ses voitures en vert (Crédits photo : Shutterstock)

BMW repeint ses voitures en vert (Crédits photo : Shutterstock)

Le constructeur allemand veut vendre jusqu'à 4,6 millions de voitures 100% électrique d'ici une dizaine d'années. Cette stratégie vise à se conformer au plus vite aux nouvelles normes environnementales en vigueur. C'est aussi une façon d'investir dans des énergies moins polluantes... tout en redorant une image marquée par les affaires ces cinq dernières années.

BMW, du thermique à l'électrique

C'est ce que l'on appelle un virage à 180°. Longtemps discret dans le monde des voitures 100 % électrique, BMW s'apprête à passer la seconde. Et les objectifs du constructeur allemand sont ambitieux. 50 % des BMW commercialisées dans la prochaine décennie seront électrifiées, dont les deux tiers à 100 %. La marque veut atteindre les 4,6 millions de voitures entièrement électriques vendues à l'horizon 2030, soit 460 000 unités par an, contre 42 249 aujourd'hui avec son unique modèle du genre, la BMW i3.

Mais ce n'est pas tout. BMW vise une baisse des émissions de 80% en 10 ans, dans la production, et la neutralité en CO2 dès 2021. Les fers de lance de cette stratégie verte s'incarnent à travers les nouveaux bolides produits par la firme dans les prochaines années. Les consommateurs vont pouvoir bientôt profiter des BMW i4 (50 000 euros hors bonus écologique) et du iNext, un gros SUV 100 % électrique à l'horizon 2021.

Dans un premier temps, BMW souhaite couvrir tous les segments, comme avec sa BMW X3. Elle existe aujourd'hui en Diesel, essence, hybride rechargeable, à hybridation légère 48 V et en 100 % électrique. Les BMW Série 7, 5 et X1 suivront ce mode de développement en se focalisant sur les motorisations thermiques, hybrides rechargeables et 100 % électriques.

Des affaires en cascade

Ce tournant 100 % électrique sera-t-il en mesure de redorer l'image de la marque allemande, ternie par le Dieselgate en 2015 ? Plusieurs enquêtes démontrent alors que les constructeurs allemands auraient altéré les émissions de CO2 de leurs voitures. BMW s'en sort mieux que ses concurrents. Le parquet de Munich, s'il constate bien à l'issue du jugement que les émissions mesurées des véhicules sont supérieures à la normale, affirme que BMW n'a pas altéré les valeurs théoriques. La société aurait commis une erreur technique avec les normes d'émissions applicables à 8000 voitures. Elle écope malgré tout d'une amende de 8,5 millions d'euros.

Dans le même temps, l'entreprise et dans le viseur de la Commission européenne. Cette dernière estime que BMW, Daimler et Volkswagen se sont entendus pour éviter de se faire concurrence sur les technologies réduisant les émissions polluantes. Si le verdict n'a pas encore été rendu, BMW risque une amende pouvant atteindre 10 % de son chiffre d'affaires mondial. Ainsi, lors de la publication de ses résultats en mars 2020, malgré un chiffre d'affaires record de 104 milliards d'euros, le bénéfice net de l'entreprise ressort à 5 milliards, affecté par près de 1,4 milliards d'euros provisionnés dans le cadre de l'enquête anticartel de la Commission européenne.

Mutation à marche forcée

Car outre les affaires, le virage vert de BMW s'explique surtout, comme pour ses concurrents, par les nouvelles règlementations environnementales européennes. Ces dernières se multiplient et les sanctions se chiffrent à plusieurs millions d'euros en cas de non-respect du plafond d'émissions carbonées. Depuis le début de l'année 2020, la moyenne des rejets de CO2 sur toutes les voitures vendues ne doit pas dépasser 95 grammes par kilomètre. En 2025, ce seuil sera encore abaissé à 81 grammes par kilomètre.

D'où l'urgence pour la marque allemande et ses concurrents de miser sur l'électrique, mais également de s'intéresser à la prochaine génération de voitures à hydrogène en entamant des premiers travaux de recherches et développement. En mars 2020, BMW présente ainsi sa future X5, une voiture à hydrogène, prévue pour 2022 et dotée d'un moteur de 374 chevaux. A n'en pas douter, cette énergie, plus propre que l'électrique, s'imposera dans les années à venir.

A lire aussi : La Porsche Taycan : une petite révolution technologique

Les Risques en Bourse

Fermer