Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Gaz : le robinet russe faiblit, 12 milliards de pertes pour le géant allemand de l'énergie
information fournie par Boursorama avec Media Services17/08/2022 à 12:41

Le groupe Uniper est soutenu par le gouvernement allemand, qui a injecté plus sept milliards pour tenir à flot un groupe à l'importance capitale" pour le pays.

La direction d'Uniper s'attend à un retour aux bénéfices à l'horizon 2024 (illustration) ( AFP / LENNART PREISS )

La direction d'Uniper s'attend à un retour aux bénéfices à l'horizon 2024 (illustration) ( AFP / LENNART PREISS )

Le géant allemand de l'énergie Uniper, qui fait l'objet d'un plan de sauvetage par l'Etat pour garantir sa solvabilité, a affiché au premier semestre une perte nette de 12,3 milliards d'euros en raison de la baisse des livraisons de gaz russe, conséquence de le guerre en Ukraine.

"Pour respecter les contrats avec ses clients, Uniper était et est forcé d’acheter du gaz à des prix élevés sur le marché" , explique l'entreprise dans un communiqué.

Des ajustements comptables liés à la réduction des livraisons ainsi qu'au gazoduc Nord Stream 2 ont également pesé à hauteur de plusieurs milliards d'euros sur le résultat.

Uniper s'attend à une perte annuelle, sans la chiffrer, une amélioration du résultat en 2023 et un retour aux bénéfices en 2024. "Depuis des mois, Uniper joue un rôle essentiel dans la stabilisation de l'approvisionnement en gaz, et ce au prix de milliards d'euros de pertes", explique le patron, Klaus-Dieter Maubach, dans un communiqué.

La facture des consommateurs va gonfler

Fin juillet, Berlin avait décidé d'injecter des milliards d'euros pour sauver le premier importateur et stockeur de gaz en Allemagne de la faillite. L'Etat va notamment monter à hauteur de 30% au capital du groupe en déboursant quelque 7,7 milliards d'euros, le chancelier Olaf Scholz justifiant l'intervention par "l'importance capitale" d'Uniper pour le pays.

Et les contribuables vont également devoir mettre la main au portefeuille: le gouvernement a autorisé les importateurs et distributeurs de gaz à répercuter les hausses du prix du gaz à ses clients à travers un prélèvement exceptionnel.

A partir du 1er octobre, les entreprises pourront demander 2,4 centimes de plus par kilowattheure (KWh) de gaz aux particuliers et entreprises, soit, TVA inclu, quelque 600 euros de plus par an pour un foyer moyen avec deux enfants et une consommation de 20.000 KWh. Le gouvernement a promis des aides supplémentaires, surtout pour les plus démunis.

9 commentaires

  • 17 août16:58

    Les sanctions à l'encontre de la Russie ont l'air de bien fonctionner....