Nouvelle collecte record en 2016 pour les véhicules immobiliers

le
0

Un rituel. Chaque année en mars, l'ASPIM-IEIF dévoile les statistiques chiffrées concernant les SCPI. Pour 2016, un constat : encore une année record en terme de collecte pour les SCPI et OPCI.

Après un exercice 2015 record, 2016 signe une fois encore le succès de la pierre papier  (SCPI, OPCI) auprès des épargnants. D'un point de vue global, les données de l'ASPIM-IEIF au 31 décembre recensent 178 SCPI (vs 171 en 2015) gérées par 28 groupes.

La collecte : une dynamique sans précédent

Les SCPI ont collecté (net) 5,56 milliards ¤, un nouveau record historique marqué (+ 30%).  A l'aune d'une collecte comprise entre 2,46mds et 2,93 mds ¤ au début des années 2010, ce succès tient surtout au segment  « Bureaux » (56% de la collecte totale) qui engrange à lui seul 3,13 mds ¤ (vs 2,6mds¤) De son côté, les SCPI « spécialisées » ont plus que doublé leur collecte nette avec un total de 583 m¤ (vs 266m¤). Au total, «  les SCPI  Immobilier d'entreprise sont très largement majoritaires dans cette collecte en représentant 95,5% du total ».

La capitalisation dépasse les 50mds¤ en ajoutant les OPCI

La capitalisation des SCPI atteint un « total historique » de 43,52 mds ¤ (vs 37,83mds¤)  en progression de 15,1% par rapport au 31 décembre 2015. A ce sujet, l'ASPIM rappelle que le volume sous gestion des SCPI se limitait à 24,84 mds ¤ il y a cinq ans et à 15,16 mds fin 2006.

Ajoutée à la capitalisation des OPCI grand public (8,7 mds¤), la capitalisation de ces 2 catégories de fonds immobilier  dépasse pour la première fois les 50 mds ¤. « La France conforte ainsi la deuxième place européenne de ses fonds immobiliers non cotés destinés au grand public, après l'Allemagne et devant le Royaume-Uni ».

Le marché secondaire réaffirme sa liquidité

Avec 715,3 m¤ de parts échangées (vs 677,58m¤), le marché secondaire des SCPI est en légère progression par rapport à 2015 (+ 5,6%). Néanmoins, si on rapporte ces échanges à la capitalisation « ce marché reste comme d'ordinaire peu profond ».  le taux annuel de rotation des parts de SCPI s'est limité à 1,76% en 2016 (vs 2%). De plus, le marché secondaire ne connaît pas de tensions sur sa liquidité. En effet, le cumul des parts en attente de cessions (SCPI à capital fixe) et des retraits non compensés (SCPI à capital variable)  se limite à 0,19% de la capitalisation globale, un niveau bien moindre qu'en 2015 ou 2014 (0,27%, 0,24%)

Des performances attractives au regard de la prime de risque

Le taux de distribution sur la valeur de marché (DVM) a atteint 4,63% sur l'année 2016. Quand bien même cette performance est en deçà de celle de 2015 (4,85%), elle forme une « prime de risque » favorable par rapport aux placements à capital garanti. Malgré le tassement de la performance Arnaud Dewachter, Délégué général de l'ASPIM insiste «  avant tout » sur le maintien de la solidité financière de ces sociétés au terme de dix années de crise financière ». Enfin, dans la « construction » de la performance, l'ASPIM précise qu'elle tient à la fois au « léger » recul du dividende (-2,63%) et à la hausse moyenne du prix des parts (+2,34%). 

 

Performances

Des SCPI d'entreprises

TDVM

 

2016

TDVM

 

2015

Variation prix moyen de la part

2016

Variation prix moyen de la part

2015

 

bureaux

4,56%

4,81%

2,85%

1,67%

commerces

4,77%

4,91%

1,44%

0,66%

spécialisées

5,07%

5,13%

0,33%

0,96%

diversifiées

4,98%

5,1%

-0,17%

-0,39%

Total

SCPI entreprises

4,63%

4,85%

2,34%

1,37%

Source ASPIM-IEIF

 

Retrouvez cet article sur Primaliance.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant