Le système de retraites français resterait en déficit au moins jusqu'en 2030

le , mis à jour à 17:51
43

Les régimes de retraites dans leur ensemble resteraient déficitaires jusqu'en 2030 selon les prévisions centrales du COR.
Les régimes de retraites dans leur ensemble resteraient déficitaires jusqu'en 2030 selon les prévisions centrales du COR.

Le dernier rapport du Conseil d’orientation des retraites confirme la mauvaise trajectoire des régimes de retraites en France. L’institution prévoit notamment un déficit chronique annuel d’environ 8 milliards d’euros (0,4% du PIB) pour l’ensemble des régimes de retraites jusqu’en 2020, et a priori pas de retour à l'équilibre avant 2030.

On évoque souvent la situation préoccupante des caisses de retraites complémentaires des cadres et des salariés (Agirc / Arrco), dont la trajectoire financière inquiète pour les années à venir. Le Conseil d’orientation des retraites (COR) voit à plus grande échelle, et s’intéresse quant à lui dans son rapport annuel à la trajectoire financière de l’ensemble des régimes de retraites qui, pour rappel, sont entrés en déficit à partir de 2008.

Le Figaro et Les Echos se sont procuré le rapport avant sa publication officielle, et en révélaient mardi matin les principales conclusions.

Situation actuelle : 10 milliards de déficit annuel sur les régimes de retraites

L’année dernière, le rapport du COR rappelait que selon les dernières données disponibles (sur l’année 2012), le déficit annuel de l’ensemble des régimes de retraite représentait 0,5% du PIB français, soit environ 10 milliards d’euros. « En 2012, les ressources de l’ensemble des régimes de retraite français légalement obligatoires (y compris le Fonds de solidarité vieillesse) représentaient 13,4 % du produit intérieur brut (PIB), et les dépenses 13,9 % du PIB ».

Le COR poursuivait : « La hausse des dépenses […] correspond quasi intégralement à l’augmentation de la masse des prestations de droit direct, en lien avec l’augmentation régulière du nombre de retraités – portée notamment par l’arrivée aux âges de la retraite des générations du baby-boom au cours de la décennie – et avec l’augmentation de la pension moyenne des retraités – sous "l’effet de noria" traduisant l’amélioration régulière des carrières au fil des générations ».

Scénario central : pas d’équilibre avant 2030 ; scénario pessimiste : creusement du déficit

Pour estimer les projections financières à très long terme (jusqu’en 2060), le COR réalise chaque année différents scénarios plus ou moins optimistes en fonction de l’évolution des grandes variables économiques.

Comme l’expliquait déjà l’institution dans son rapport 2014 : « À l’horizon de 2060, le besoin de financement du système de retraite évoluerait de manière très contrastée selon le scénario macroéconomique – et plus précisément selon le rythme de croissance tendanciel de la productivité du travail. Ce résultat dépend [également des] évolutions économiques ».

Parmi les différents scénarios envisagés, le COR entrevoit dans son dernier rapport un scénario central, dans lequel les régimes de retraites n’épongeraient pas leur déficit global avant 2030, révèle Le Figaro. Dans ce scénario, après 2030, les projections financières aboutissent à une hausse très progressive de l’excédent des régimes de retraites jusqu’à atteindre environ +0,4% du PIB en 2060 (selon Les Echos).

Le scénario le plus optimiste, quant à lui, représente une situation où le chômage diminuerait drastiquement, et se stabiliserait à un niveau faible. Grâce à davantage de cotisations, le déficit actuel des régimes de retraites parviendrait à disparaître dès 2025, avant de laisser place à une augmentation progressive de l’excédent annuel des régimes de retraites jusqu’à +1,8% du PIB français en 2060 selon Les Echos.

Le scénario le plus pessimiste est au contraire particulièrement préoccupant. Ici, le déficit des régimes de retraites ne parviendrait tout simplement jamais à se résorber. Le déficit annuel apparu en 2008 continuerait ainsi de se creuser progressivement jusqu’à dépasser 1,5% du PIB en 2060.

À ce rythme-là, le système actuel des retraites ne serait probablement pas soutenable, ce qui obligerait à diminuer les niveaux de prestations accordées aux retraités.

À noter que l’année dernière, le rapport du COR affirmait : « Le besoin de financement résiduel en 2020 proviendrait essentiellement des régimes complémentaires AGIRC et ARRCO, pour lesquels il est prévu qu’un nouvel accord soit négocié par les partenaires sociaux d’ici 2015 »

Dégradation des prévisions et réformes insuffisantes

Pour Le Figaro, les prévisions du rapport 2015 du COR « confirme, surtout, que la réforme Touraine des retraites, baptisée "loi garantissant l'avenir et la justice du système de retraites", ne suffit pas ».

La même source note par ailleurs que « les prévisions financières sont pires que les précédentes, qui datent pourtant du mois d'avril. Il y a à peine deux mois, le COR avait, dans ses travaux préparatoires, estimé que le système des retraites reviendrait à l'équilibre "à partir du milieu des années 2020". Maintenant, il table au mieux sur un retour dans le vert cinq ans plus tard, soit "au tout début des années 2030" ».

X. B.

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KENTOF le mercredi 10 juin 2015 à 17:06

    si il y a un retour à l'équilibre en 2030, pourquoi changer qqchose ? si on diminue les retraites il y aura baisse de consommation donc diminution du pib peut etre supperieurs au défficit ? à méditer :-)

  • tamtou le mercredi 10 juin 2015 à 12:28

    la réforme des retraites de Fillon en 2010 inclus un rééxamens tous les 3 ans pour adapter en fonction de l'économie, taux de chômage.C'est donc une progression de l'âge systématiquement reculé

  • mjentil le mercredi 10 juin 2015 à 11:39

    Et si on supprimait les retraites. Radical, certes, mais les problèmes seraient résolus. Certainement plus efficace que de faire des réformes "c'est la bonne et la dernière, on est sauvé, on vous le promet, de toute façon si on c'est trompé, c'est pas grave, c'est pas nous les responsables"

  • M1945416 le mercredi 10 juin 2015 à 11:04

    nos politiciens, fonctionnaires, intermittent du spectacles, assister de tout bord, même des gens qui n'ont jamais cotiser dans le pays toucherons leurs retraites , c'est eux qui sont aux manettes ...

  • M8603854 le mercredi 10 juin 2015 à 10:44

    Chaque fois qu'une nouvelle réforme des retraites s'annonce, le COR ajuste ses prévisions, et c'est toujours pire: conclusion, ils auraient mieux fait de faire les bons calculs dès le départ. Mais peut-être qu'ils craignent d'être mis à la retraite anticipée?

  • tamtou le mercredi 10 juin 2015 à 10:29

    Non @frk987 ce n'est pas pour les cadres dirigeants mais pour tous.à partir de 65 ans jusqu'à 69 ans, si vous avez atteint l'âge du taux plein, l'employeur peut seulement interroger l'employé si il veut prendre sa retraite.Il peut imposer à l'employé donc contre la volonté du salarié qu'à partir de 70 ans.Par exemple une personne née en 1963, l'employeur pourrait faire la demande au salarié si il veut prendre sa retraite à partir de 2030 et d'office à la retraite à partir de 2033.

  • lsleleu le mercredi 10 juin 2015 à 10:23

    @tamtou on lui rend la vie impossible ! et que pensez vous de la diminution du chômage suite cette brillante mesure d'avoir abaissé l'age de la retraite je ne parlerais pas des 35h qui sont une autre mesure anti chômage toujours pas réglé dans les hôpitaux etc ...

  • frk987 le mercredi 10 juin 2015 à 08:52

    Suite : 70 ans : c'est pour les cadres dirigeants, comme en politique...MDR de voir un candidat vieillard qui aura 77 ans en fin de mandat. La France accepte des PDG pour la France que le privé refuse.....Bizarre !!!!!

  • frk987 le mercredi 10 juin 2015 à 08:50

    NON Tamtou, un employeur est en droit de vous mettre à la retraite le jour où vous avez votre taf de cotisations pour une retraite à taux plein OU BIEN en fonction de votre année de naissance en respectant les 62, 65 ou 67 ans. Mais il faut payer une indemnité de départ double....lorsque le salarié ne demande pas lui-même sa mise en retraite.

  • tamtou le mercredi 10 juin 2015 à 08:42

    @Isleleu Un employeur ne peut pas mettre en retraite un salarié avant ces 70 ans, même si il a le droit à une retraite pleine à 58 ans.