Immauvergne sécurise son avenir

le
0

Immauvergne ne déroge pas à la règle. Comme bien d'autres SCPI qui souhaitent sécuriser leur avenir, elle a continué de moderniser son patrimoine en 2013. Malgré un recul de son taux d'occupation, la SCPI garde confiance. Ses 2 premiers acomptes trimestriels 2014  (12,3€) restent au niveau de ceux de l'année dernière.

A l'instar de nombreuses SCPI, Immauvergne (Groupe Voisin) a signé un exercice 2013 sous le signe d'une modernisation de son patrimoine. Elle a réalisé 3 investissements en indivision avec Eiram à St Etienne et Lyon pour 2,45 m€. Puis procédé à l'arbitrage d'un actif obsolète à Nîmes (0,53 m€). Ajouté à son expropriation d'une parcelle à Clermont Ferrand dans le cadre de l'élargissement de l'autoroute A1-A75, ces cessions ont généré une moins value de 58k€.

Exclusivement focalisé sur la province, le portefeuille extériorisait en fin d'année, une forte préférence aux actifs de bureaux (66%) et dans une moindre mesure aux commerces (31,3%). Il compte environ 82 lots pour un total de 16 700m2.

L'activité locative a bien résisté. Le taux d'occupation financier ressort en moyenne à 93,23%. Aucune créance n'a été passée en perte sur créances irrécouvrables. Du coup, l'exercice s'est clôturé sur un bénéfice par part de 54,47€ contre 53,27€ en 2012. Cette amélioration est due à la forte augmentation des produits financiers et des produits exceptionnels (dégrèvement obtenu sur les taxes foncières). Elle résulte aussi du fait les liquidités apportées par l'augmentation de capital n'ont pas été rentabilisées sur l'exercice entier. Compte tenu de ces précisions, le dividende a été maintenu à 52,5€. Le solde (1,97€ par part) a été affecté au report à nouveau. Les réserves atteignent donc dorénavant 13,76€...  et représentent presqu'un trimestre de revenu qui pourrait « amortir une éventuelle baisse de résultats dans un contexte qui demeure tendu ».

Suite au congé du Conseil Régional d’Auvergne et de la Communauté Urbaine de Lyon et à la baisse de l’indice INSEE du coût de la construction, Immauvergne tient un discours prudent sur l'exercice 2014. Son taux d'occupation a reculé à 90,7%, mais « elle met tout en œuvre pour maintenir un taux d’occupation satisfaisant en relouant les locaux dans les meilleurs délais et en arbitrant les locaux devenus obsolètes ». Pour le moment, sa confiance se traduit par le versement des deux 1er acomptes trimestriels 2014 (12,3€) à un niveau identique à ceux de l'année dernière.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant