Grèce : les places européennes clôturent dans le rouge vif mais évitent la panique

le , mis à jour à 18:00
11

Les marchés financiers ont fortement baissé lundi suite à la tournure préoccupante qu'a pris le dossier grec au cours du week-end.
Les marchés financiers ont fortement baissé lundi suite à la tournure préoccupante qu'a pris le dossier grec au cours du week-end.

La rupture des négociations entre la Grèce et ses créanciers était au cœur des préoccupations des investisseurs ce lundi. Malgré une séance dans le rouge vif, les places européennes ont évité un scénario de panique.

On s’attendait à des marchés mouvementés ce lundi. En cause : l’impasse des négociations sur le dossier grec et l’annonce d’un référendum pouvant aboutir à un rejet des mesures proposées par les créanciers du pays. La réaction des investisseurs a effectivement été forte sur les marchés européens, malgré le sentiment d’un léger mieux en cours de séance. L’impact sur les marchés américains reste quant à lui plutôt limité.

CAC40 : forte baisse des valeurs financières et cycliques à l’ouverture

Lundi matin à 9h, le CAC40 a ouvert en baisse de -4,70%, une chute rappelant les mauvaises journées des crises de 2008 (subprimes) et de 2010-2011 (Eurozone).

Les valeurs financières du CAC40 apparaissaient sans surprise parmi les plus vendues en début de séance, le Crédit Agricole ouvrant en baisse de -8%, la Société Générale de -6%, tout comme BNP Paribas.

Les valeurs dites « cycliques » (industrielles) ont également accusé le coup à l’ouverture des marchés. Peugeot apparaissait parmi les plus fortes baisses de l’indice parisien en matinée, en se contractant d’un peu plus de 6%. Vinci suivait un parcours semblable, en baisse de 5%, tout comme Valeo et Saint-Gobain. Ces valeurs avaient fortement monté en début d’année, poussées par l’optimisme de la reprise économique attendue dans l’ensemble de l’UE sous l’effet du plan de relance de la BCE (« quantitative easing »). L’ensemble des valeurs du CAC40 s’affichaient dans le rouge.

Places européennes : décrochage en début de séance

Les autres indices européens traduisaient également à l’ouverture l’inquiétude des investisseurs vis-à-vis des conséquences difficiles à cerner d’un éventuel défaut grec pour l’Europe.

En Allemagne, le Dax30 chutait de 4,30% peu après l’ouverture. La Bourse d’Athènes restait quant à elle fermée dans le cadre des mesures exceptionnelles prises par le Premier ministre Alexis Tsipras. La place athénienne ne rouvrira pas avant la semaine prochaine.

Les regards se tournaient inévitablement vers les marchés des autres pays européens caractérisés par une dette élevée ou une conjoncture économique fragile. L’Ibex 35 espagnol, après une ouverture relativement calme à -2%, n’a pas tardé à accentuer ses pertes à -4,5% dès 9h08. Le FTSE MIB italien suivait le même parcours : après un début de séance relativement calme, l’indice est passé à -5% à partir de 9h11. L’indice PSI 20 portugais évoluait à -5,5% dès l’ouverture.

Léger mieux en cours de séance

Malgré la situation tendue, les indices boursiers ont passé les deux premières heures de la séance à effacer progressivement une partie de leurs pertes.

Ainsi  à 11h10, le CAC40 était revenu à -3%, une baisse déjà moins marquée qu’en tout début de matinée même si elle restait toujours forte. Dans les heures suivantes, l’indice a peu évolué, restant globalement cantonné entre -2,5% et -3,5%.

Un léger mieux s’est observé peu avant 16h, alors que Wall Street a ouvert sur une baisse modérée. Le Dow Jones perdait seulement 0,70% à l’ouverture, contre 0,81% pour le Nasdaq.

Les investisseurs européens devaient néanmoins digérer des déclarations plutôt ambigües de la part des principaux négociateurs sur le dossier grec. Jean-Claude Juncker a notamment affirmé s’être senti « trahi » par l’annonce du référendum. Angela Merkel cherchait quant à elle à apaiser les tensions, affichant son souhait de poursuivre les négociations après le référendum. Le président français François Hollande a quant à lui rappelé que l’impact de la Grèce sur la France resterait faible, quoi qu’il arrive.

Clôture dans le rouge

Après 16h, les marchés européens ont renoué avec davantage de pessimisme, perdant de nouveau une partie du terrain repris en cours de séance.

Côté français, le CAC40 a clôturé à -3,74%. Les valeurs bancaires ont terminé en bas de l’indice. Société Générale a perdu 5,32%, dans le même ordre de grandeur que BNP Paribas (-4,89%) et Crédit Agricole (-5,02%). Les banques françaises sont pourtant désormais très peu exposées à la dette grecque, ce qui a permis d’éviter un véritable effet de panique sur ces valeurs.

Du côté des indices européens, le Dax allemand a terminé à -3,56%. L'Ibex espagnol a perdu 4,56%, le FTSE MIB italien 5,17% et l'indice portugais a quant à lui terminé sur une chute de 5,22%.

X. Bargue

Retrouvez les autres articles à ce sujet sur Boursorama :

- Grèce : quel que soit le résultat du référendum, "l'instabilité va continuer" (C. Constantinidis) (Boursorama)

- La Bourse de Paris toujours lourdement pénalisée par la Grèce (AFP)

- EN DIRECT. Crise grecque : Merkel prête à de nouvelles négociations (Le Parisien)

- Crise grecque: les marchés asiatiques reculent, dégringolade à Shanghai (AFP)

- Grexit : quelles conséquences si la Grèce sort de l'euro ? (Le Revenu)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Pierr059 le mardi 30 juin 2015 à 10:21

    Ce n'est pas la Grece qui a du souci à se faire mais ses créanciers.. Dont nous! Ils auraient dû sortir de l'Europe depuis bien longtemps, ça fait des années que ça dure cette histoire. Tout ça pour une dette toujours plus importante que NOUS allons devoir payer. Il faut qu'ils sortent et vite ! ça ne peut que leur donner un nouveau départ mais Nous, on va trinquer maintenant..

  • salar12 le lundi 29 juin 2015 à 17:25

    Bon, ils sortent oui qu'on passe à autre chose... lassant ces séries tragi-comiques grecques.

  • SB1954 le lundi 29 juin 2015 à 13:26

    bah, juste un peu tôt encore pour entrer. Z'ont jamais vu un vrai krach ces journaleux. A suivre, pour l'instant ce n'est que de la volatilité supplémentaire.

  • M179219 le lundi 29 juin 2015 à 12:02

    Aujourd'hui c'est gavage. J'adore les semaines qui commencent comme ça. Mes impôts vont exploser cette année!

  • syjo le lundi 29 juin 2015 à 11:50

    tempête dans un verre d'eau

  • khmane08 le lundi 29 juin 2015 à 11:42

    plutôt mieux adapté le titre rectifié : forte bai. se pour les places financières mondiales"

  • Georg47 le lundi 29 juin 2015 à 11:34

    Incompréhensible : La Grèce ne représente pas grand'chose sur le plan mondial et cette baisse de 3% sur toutes les places boursières représente bien plus que le total de la dette Greque.......

  • y.batard le lundi 29 juin 2015 à 11:32

    pas noir du tout: les investisseurs profitent de ce qu'il reste de liquidité sur les marchés pour maximiser leurs gains (on le constate avec une ouverture à -4.5%, là on est à -3% et si cela se trouve, on sera à -1.5% ce soir - quant aux valeurs, idem mais dans de plus fortes amplitudes). lorsqu'il n'y aura plus de liquidité, ce sera une autre histoire, et là on pourra employer les "noir", "krach", "panique"... pour ceux qui n'y auront pas été préparés.

  • M4358281 le lundi 29 juin 2015 à 11:25

    3% de baisse seulement ..tu parles ..!

  • d.e.s.t. le lundi 29 juin 2015 à 10:01

    Totalement excessif, vu le peu d'importance de la Grèce dans l'économie et la finance mondiales!