Eclipsé par la Fed, le pétrole poursuit sa dégringolade

le , mis à jour à 18:35
9

Les prix du pétrole poursuivent toujours en encore leur chute jeudi 17 décembre.
Les prix du pétrole poursuivent toujours en encore leur chute jeudi 17 décembre.

Les marchés européens ont connu un rebond jeudi, les opérateurs étant soulagés par le discours encore accommodant de Janet Yellen mercredi soir. La hausse des taux directeurs était largement anticipée. Le pétrole en revanche, a continué de chuter.

Le pétrole a poursuivi son inexorable chute jeudi 17 décembre, le WTI américain étant passé sous les 35 dollars, perdant encore 2,86% à 34,7 dollars le baril vers 18h, très proche de dépasser son point bas de 2009 fixé à 33,98 dollars. Le Brent de Mer du Nord, dont le prix a particulièrement chuté au cours des derniers jours, a passé la journée à osciller entre le rouge et le vert, restant proche de l'équilibre.

Les prix du WTI n'ont fait que poursuivre leur rechute de mercredi soir : le baril a terminé hier en baisse de 2,93% à 35,7 dollars, tandis que le Brent a pour sa part perdu 2,29% à 37,1 dollars le baril.

Expliquant cette énième rechute, les stocks de pétrole brut américains ont nettement augmenté la semaine dernière selon l’habituelle statistique hebdomadaire publiée par l’Energy Information Administration mercredi à 16h30.

Pas moins de 4,8 millions de barils se sont ajoutés aux stocks américains au cours de la semaine dernière, alors que le consensus des analystes tablait sur une baisse des stocks comme cela s’était observé au cours de la semaine précédente. La surabondance de l’offre est donc toujours au goût du jour, aussi bien du côté des pays de l’Opep que des Etats-Unis.

Le pétrole avait tenté un rebond en début de semaine après avoir atteint le 14 décembre ses plus bas en 7 ans (pour le WTI) et en 10 ans (pour le Brent).

Les valeurs les plus exposées aux prix du pétrole sont ainsi restées sous pression jeudi, Technip (-2,01%) et Total (-0,42%) faisant partie des rares valeurs du CAC40 à avoir terminé dans le rouge.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr il y a 12 mois

    se sont (sorry:-)

  • sidelcr il y a 12 mois

    Les spécialistes qui nous parlaient du peak oïl ce sont reclassés dans le changement climatique :-)

  • taz40 il y a 12 mois

    déjà le gazoil en France sous la barre des 0.9€/l, ................ce jour 0.884 € / L > ROCHEFORT

  • scheyde1 il y a 12 mois

    Daech brade son pétrole ; ça fait chuter les cours.

  • dotcom1 il y a 12 mois

    Eh ben, c'est pas demain que je troquerai mon gros diesel 4X4 allemand contre une savonette électrique.

  • M7754549 il y a 12 mois

    Poutine adore t'il les compliments, Moi je crois qu'il faut les complimenter, ils résistent à nos récréations boursières...Faut il un bon prix pour tout lâcher d'un coup?En 2016?

  • M7754549 il y a 12 mois

    Le prix du gaz est il mieux avec les russes si jamais on voit qui a eu le plus d'avions tombés. Tout cela sent la tempête boursière comme des déluges sur les cours pour les laisser sans caleçons. Les russes ont une résistance à tous les grelottantes programmations et c'est le Pape qui attend des sous... Dire que tout est forme déluges de hausses et de baisse pour d'autres compliments serait sans intérêt puisque tout est bien venu des vents de l'est. Ils savent qu'on remonte toujours...

  • lopez69 il y a 12 mois

    Aucune importance, les marchés réagissent finalement positivement à toutes les nouvelles !

  • M7754549 il y a 12 mois

    25 euros au mois de novembre de quelle année? Parions ensemble...