Début d'année en fanfare pour les SCPI et OPCI

le
0

L’ASPIM-IEIF vient de dévoiler les chiffres clés concernant les SCPI et les OPCI pour le 1er semestre 2016. Une conclusion s’impose. L’année a démarré en fanfare. 

La collecte

Au premier semestre 2016, les SCPI ont engrangé une collecte nette de 2,45 mds € (+ 32 %). Cette forte hausse s’observe dans toutes les catégories de ces fonds mais elle est plus particulièrement marquée pour les SCPI « spécialisées » (+ 124 %) ou celles orientées sur les commerces (+ 71 %). L’ASPIM IEIF en profite pour remarquer que la collecte nette des SCPI du 1er semestre « correspond à la moyenne annuelle de cette même collecte pour la période 2010- 2013 (2,56 mds €) ».

Même euphorie du côté des OPCI « grand public ». Poursuivant leur montée en puissance, ils engrangent (en net) près de 2 mds € (+ 60 %), un niveau proche de leur collecte nette annuelle 2015 (2, 49 mds €). Pour mémoire, la collecte cumulée des OPCI n’avait pas dépassé les 900 m€ sur l’ensemble de l’exercice 2014. Par ailleurs, ces fonds d’épargne immobilière restent très majoritairement distribués en tant que « unité de compte en immobilier » des contrats d’assurance-vie.

Capitalisation

Au 30 juin, la capitalisation des SCPI dépassait la barre symbolique des 40 milliards € (+7,45%). Une première dans leur histoire longue de 40 ans ! En l’espace de 5 ans, la capitalisation des SCPI a progressé de 63%.

Les OPCI « grand public » indiquent fin juin une capitalisation de 6,6 mds€ soit une hausse spectaculaire de 45,4 % par rapport au 31 décembre 2015.

Marché secondaire

Avec 334,6 m€ de parts échangées, le marché secondaire des SCPI connaît une légère augmentation (+ 5% par rapport au premier semestre 2015). Rapporté au total de la capitalisation, ce marché demeure peu actif avec un taux de rotation semestriel des parts inférieur à 1% (0,82%). L’ASPIM n’observe « aucun signe négatif sur la liquidité du marché des parts ». Pour preuve, les parts en attente de cessions des SCPI à capital fixe se limitaient à 94,9 m€ (soit 0,91 % de la capitalisation cumulée des SCPI à capital fixe) et les retraits non compensés des SCPI à capital variable à seulement 12,6 millions € (soit 0,04 % de la capitalisation cumulée des SCPI à capital variable).

Une dynamique commerciale qui réjouit Frédéric Bôl, Président de l’ASPIM. Et si les SCPI et OPCI doivent « être considérés avant comme des outils de préparation à la retraite des particuliers », les sociétés de gestion ont donc la responsabilité face à l’abondance de la collecte « d’acquérir de nouveaux actifs immobiliers dans des conditions permettant à ces fonds de servir une performance durable au bénéfice des investisseurs ». Et de conclure « le professionnalisme de plus en plus affirmé de ces acteurs est la clé de la réussite de cette mission qui s’inscrit par définition dans le très long terme ». 

Retrouvez cet article sur Primaliance.com
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant