Augmentation de capital de Fructipierre au service d'un développement maîtrisé

le
0

Nami AEW Europe a fixé le montant de son augmentation de capital (64,99 m€) en conformité avec la taille et les opportunités d'investissement de Fructipierre. L'opération vise à poursuivre un développement maitrisé du patrimoine dans un contexte où la concurrence est forte entre les investisseurs et le marché locatif difficile.

Fructipierre (Nami AEW Europe) a décidé d’augmenter son capital à compter du 18 août par l’émission de 130 522 parts de au prix de 498 € l'une (215 € nominal et prime d’émission de 283 €) soit un montant total de 64,99 m€. Ce montant qui « représente 9,31% de la valeur de reconstitution de la SCPI souligne comme par le passé la volonté  de la société de gestion de retenir un montant de collecte maîtrisé ».

Dans le détail, le prix de souscription a été établi en tenant compte de la valeur actuelle du patrimoine et des perspectives d'exploitation. Ainsi compte tenu des 6€ distribués en juillet au titre des plus values qui « n'a bénéficié qu’aux seuls associés présents avant le lancement de l’augmentation de capital » la valeur de reconstitution a été ramenée à 519,10 €.( elle ressort fin 2013 à 525,10 €). Le prix de souscription retenu, 498 €, ressort ainsi à 96 % de la valeur de reconstitution corrigée de la distribution de plus-values. A titre de rappel, le prix de souscription de la précédente augmentation de capital ressortait à 495 €.

Sauf clôture anticipée en cas de souscription intégrale, la clôture de l'opération est prévue le 27 février 2015. Et le capital sera porté à 313,73 m€.

Le minimum de souscription est de 15 parts. Quant au délai de jouissance, elle interviendra à partir  du 1er jour du quatrième mois suivant celui de souscription soit au 1er janvier 2015 pour les parts qui seraient souscrites en septembre 2014.

En 2014, de nombreux enjeux attendent Fructipierre. D'abord, la SCPI entend poursuivre sa politique de travaux afin d'offrir des locaux conformes aux attentes du marché locatif. Cet impératif explique à la fois la progression significative des travaux engagés en 2013 (830 k€ contre 152 k€ en 2012) et le niveau accru de la dotation de la provision pour grosses réparations. Ces réserves s'élèvent fin décembre à 5,9 m€ soit 1,97 années de dotation. Constituées par le prélèvement sur le résultat de la SCPI, elles sont « d'autant plus nécessaires que le marché locatif est difficile ». Par ailleurs, la politique d'investissement qui privilégie le long terme et la qualité intrinsèque des actifs a vu l'entrée d'un commerce dans un quartier prestigieux de Paris (rue Bonaparte, 6ème, 5,6 m€) et de plusieurs actifs de bureaux à Lyon et à Saint Denis ( 33,6 m€). Un peu plus délicate, l'activité locative exige une vigilance et mobilisation permanente de la société de gestion. Malgré tout, le taux d'occupation financier reste malmené.  Il atteint 84,39 % contre 85,5 % en moyenne sur 2013. Du coup, Nami AEW Europe a ramené le revenu prévisionnel 2014 intégrant une quote part de distribution de plus-values à 24 € (25,44 € en 2013).  Au delà du recul conjoncturel de sa distribution, Fructipierre dispose d'un « atout indéniable » : ses réserves (2,42 € par part). Elles  devraient lui permettre de rester fidèle au principe fondateur d'une gestion centrée sur un développement maîtrisé.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant