Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une indivision entre proches ne justifie pas forcément un fort abattement fiscal
Le Figaro26/10/2020 à 06:00

Ces indivisions ne présentant pas de contraintes particulières, estime la Justice, n'implique pas forcément une forte baisse de la valeur taxable d'un bien.

Certaines indivisions, notamment avec la famille proche, réduisent moins que d'autres la valeur vénale, et donc taxable, d'un bien immobilier. Une indivision simple, entre une mère et son fils unique, ne présente aucune difficulté de gestion, a estimé la Cour de cassation, et l'abattement fiscal habituellement admis, de 20%, peut être ramené à 5%.

En principe, le total des parts indivises sur un bien n'a pas la valeur du bien lui-même car l'indivision crée un obstacle à la vente, ce qui réduit la valeur des parts. Chaque indivisaire ne peut pas vendre comme il l'entend, il est difficile de trouver un acquéreur pour des parts d'indivision et, pour vendre le tout, il faut que tous les propriétaires soient d'accord au même moment.

La Cour de cassation a donc admis qu'un abattement, en général de 20%, soit appliqué à la valeur des parts de chaque indivisaire. Mais en mars 2019, la Cour a jugé qu'un immeuble indivis entre deux époux séparés de biens ne subissait pas de perte de valeur. Il s'agit d'un régime matrimonial choisi par eux comme mode de gestion de leur patrimoine et il est peu probable, en cas de vente, qu'ils ne vendent pas leurs parts simultanément, disait-elle.

Cette fois, elle valide la position de l'administration fiscale pour laquelle l'indivision entre une mère et son fils ne provoque pas de contraintes particulières justifiant un fort abattement. Elle rejette la demande de ces propriétaires qui souhaitaient que soient examinés les éventuelles difficultés de gestion et les obstacles à la vente créés par cette situation.

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer