Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Pouvoir d'achat : l'inflation coûte 112 euros par mois aux Français
information fournie par Moneyvox21/10/2022 à 14:03

(Crédits photo: © Michael Nivelet - stock.adobe.com)

(Crédits photo: © Michael Nivelet - stock.adobe.com)

Dans une étude menée par Panorabanques et Poll&Roll, les Français ont livré leur estimation de l'impact de l'inflation sur leur pouvoir d'achat : ils débourseraient 112 euros de plus par mois en moyenne.

Avec 5,6 % d'inflation sur un an en septembre 2022, les Français sont confrontés au quotidien à la hausse des prix. Energie, carburant, alimentation… tous les postes de dépense des ménages sont touchés par la hausse générale des prix. Pour mieux estimer l'impact de ce phénomène sur le pouvoir d'achat des Français, Panorabanques et Poll&Roll ont réalisé un sondage. Découvrez l'analyse des chiffres liés au niveau de dépense et aux découverts bancaires.

L'inflation fait monter en flèche les des dépenses mensuelles

112 euros : c'est la somme supplémentaire que les Français estiment débourser chaque mois à cause de l'inflation. Pour 84 % des personnes interrogées, cette hausse est essentiellement liée à la hausse des prix des denrées alimentaires, mais les carburants (72 % des sondés) et l'énergie (63 %) arrivent aussi en tête de liste des postes de dépense qui augmentent le plus.

En comparaison avec le salaire moyen des salariés du privé, 2 518 euros nets par mois en 2020 selon l'Insee, cela représente tout de même 4,5 % de son budget mensuel, et même 8,3 % pour une personne au Smic percevant un peu plus de 1 300 euros nets par mois. Et la situation anticipée par les Français ne porte pas à croire que les choses vont s'améliorer : 55 % des personnes interrogées estiment que l'inflation va encore augmenter au cours de l'année à venir.

Lire aussi : Inflation : les salaires des Français vont-ils augmenter suffisamment ?

Des découverts bancaires relativement stables…

Malgré la hausse des prix à la consommation, la plupart des Français restent maîtres de leur budget . Pour preuve : le découvert bancaire moyen est monté à 239 euros, plus que l'an dernier (232 euros), mais encore inférieur au niveau de 2020 (246 euros).

La fréquence de l'utilisation des autorisations de découvert, quant à elle, n'augmente pas non plus de façon significative. Ainsi, les sondés qui ont déclaré être à découvert au moins une fois dans l'année sont 47 % en 2022, contre 46 % en 2021. Et pour les plus gros utilisateurs de découverts bancaires, qui y ont recours tous les mois, la proportion est de 20 % des sondés, contre 19 % l'an passé.

… mais un aggravement de la situation des plus fragiles

Derrière ces chiffres rassurants se cache une autre réalité pour les Français les plus fragiles financièrement. Ainsi, le montant moyen des découverts non-autorisés est passé de 284 euros en 2021, à 317 euros cette année. Une forte augmentation de 11 %, qui concerne à la fois les Français qui n'ont pas d'autorisation de découvert (10 % des sondés) et ceux qui en ont une, mais qui ne parviennent pas à se maintenir dedans et la dépassent.

La question du découvert non-autorisé est un véritable problème. En effet, un découvert autorisé entraîne relativement peu de frais, à l'exception des agios qui dépendent du montant utilisé et de la durée de cette utilisation. À contrario, un découvert non-autorisé par la banque revient très cher.

Commissions d'intervention, frais de rejet de prélèvement, lettre d'information avant rejet de chèque… la liste des frais potentiels est longue, à laquelle s'ajoutent d'autres désagréments, notamment le blocage de la carte bancaire et la possibilité d'être fiché à la Banque de France. Pour les Français concernés, le retour à une situation financière saine est alors particulièrement compliqué, les frais bancaires venant s'ajouter aux dépenses supplémentaires liées à l'inflation. De ce côté, le gouvernement n'a pas fait entendre sa voix, et s'est borné à négocier avec les banques une promesse de limiter l'augmentation de leurs tarifs pour l'année 2023.

5 commentaires

  • 23 octobre22:58

    Ma bonne bière est passée de 0,79 à 1,09 eur la bouteille. c'est à cause du gaz. mais je ne bois qu'une seule bouteille à la fois.


Annonces immobilières