Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

La crise sanitaire incite les associations à réinventer leurs appels aux dons
Le Figaro21/11/2020 à 08:00

FIGARO DEMAIN - Alors que de nombreux événements visant à recueillir des fonds sont annulés en raison de la pandémie, des opérations sont réorganisées en ligne. C'est le cas par exemple de La Nuit du Bien Commun, des challenges d'Action contre la faim ou encore de manifestations du Téléthon.

Les gestes de générosité se renouvellent dans le contexte de crise sanitaire. Alors que de nombreuses associations n'ont pas pu récolter de fonds grâce à leurs activités habituelles, elles doivent innover de nouvelles façons d'attirer de généreux donateurs. C'est ainsi que la Nuit du bien commun organise, cette année, sa soirée caritative exclusivement sur la toile ce lundi 23 novembre.

Pour sa quatrième édition*, la rencontre entre des projets associatifs et des donateurs se tiendra par écrans interposés. Les organisateurs de cette soirée et les 12 lauréats seront présents sur la scène du théâtre Mogador à Paris mais devant une salle vide. Les généreux bienfaiteurs suivront sur Internet (notamment sur le site Figaro Live) les présentations des ONG qui tenteront de les convaincre de leur adresser leurs dons. Les promesses se feront également en ligne. C'est une première pour ces «levées de dons» en direct. «Nous sommes confiants», affirme Thibault Farrenq, cofondateur de La Nuit du bien commun.

D'autres associations ont réinventé leurs appels aux dons à l'image d'Action contre la Faim. L'ONG de lutte contre la faim a ainsi organisé des «challenges contre la faim» sur internet. Ses traditionnels événements sportifs et solidaires dédiés aux entreprises ont été repensés avec des défis sportifs en ligne. Les dons collectés sont sponsorisés par les entreprises grâce à ces défis, ils permettent ensuite de financer des programmes de l'ONG.

Les organisateurs du Téléthon ont également repensé leur levée de fonds phare. Leurs 20.000 manifestations locales visant à récolter des fonds sont annulées mais en partie organisées en ligne. Ces événements contribuent à hauteur de 40% des promesses de dons du grand rendez-vous caritatif organisé par l'Association française contre les myopathies (AFM). «Concrètement, 30 millions d'euros risquent d'amputer le Téléthon avant même son démarrage.30 millions, cela représente les deux tiers de notre budget recherche cette année», affirme Laurence Tiennot-Herment, présidente de l'AFM. «Nous ne pouvons pas nous résigner », lance la responsable qui encourage ainsi les dons. Pour accroître sa visibilité, l'AFM organise également des défis cuisine, sportif, solidaire... Sur les réseaux sociaux, accompagné du hashtag #TéléthonChallenge.

Les dons en ligne dopés

La façon de donner est aussi en pleine mutation puisque, selon France générosités, les dons en ligne, dopés par le confinement, se sont envolés de 230 % au premier semestre et ceux en prélèvement automatique affichent une hausse de 5 %. Par ailleurs, les dons ponctuels ont augmenté de 40 % sur la période et toutes les classes sociales ont fait preuve de générosité.

À son échelle, Thibault Farrenq affirme que les événements qui sont maintenus en ligne attirent plus de donateurs. «Les événements organisés sur la toile peuvent être davantage suivis», affirme-t-il. L'entrepreneur dans le monde des ONG constate également que «les gens sont plus généreux que les années précédentes».

L'entraide en France atteint en effet des sommets dans ce contexte de pandémie. Au premier semestre 2020, les dons ont augmenté de 22% par rapport au premier semestre 2019, selon le Baromètre de la générosité publié récemment par France générosités. «C'est historique, on n'a jamais vu ça», commente Nolwenn Poupon, responsable des études chez France Générosités. «Les Français ont été sensibles à cette situation d'urgence», note le syndicat des associations et fondations qui font appel à la générosité.

50% des dons en décembre

Ces gestes sont d'autant plus importants que de nombreuses associations sont pénalisées par le confinement. «Les associations que nous soutenons font moins d'actions que les années passées et sont moins visibles auprès du grand public. Leurs ressources s'en trouvent ainsi altérées or leurs besoins en financements sont encore plus forts», souligne Thibault Farrenq. « On a assisté à une explosion des besoins sur le terrain pendant le confinement qui vont s'inscrire dans la durée et nous avons besoin de dons pour les financer », indique de son côté Jean-Christophe Combe, directeur général de la Croix-Rouge Française.

Ainsi, les associations qui dépendent des dons ont plus que jamais besoin d'être soutenues. France Générosités appelle donc les Français à renouveler leurs dons. D'autant que les élans de charité sont traditionnellement plus importants en fin d'année. Environ 40% des montants des dons arrivent sur les trois derniers mois de l'année, dont plus de la moitié sur le mois de décembre. De son côté, La Nuit du Bien Commun espère lever au moins autant de fonds que l'an passé, soit 1,1 million d'euros. Reste à savoir si les généreux bienfaiteurs seront derrière leur clavier.

*Le Figaro est partenaire de La Nuit du Bien Commun

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer