Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Impôts : vers la taxation des retraités expatriés ?

Boursorama avec Newsgene13/09/2018 à 08:41

(Pixabay)

Les expatriés échappent pour le moment à la hausse de la CSG. Le député Sacha Houlié (LREM) veut taxer les retraités non-résidents français à égalité avec ceux qui sont restés en France. Dans une note récente, l'élu vise notamment les retraités installés dans des pays à la fiscalité avantageuse.

Un million de retraités français ont choisi l'exil fiscal. Le député de la Vienne Sacha Houlié (LREM) souhaite cependant taxer ces non-résidents fiscaux comme les autres retraités. « Dès lors qu'on a décidé de faire contribuer tout le monde, alors tout le monde doit contribuer », insiste-il.

Vers un amendement ?

Face à la hausse de la CSG (+1,7%) depuis le 1er janvier 2018, « c'est une question de solidarité et d'équité ». Dans une note transmise à l'Elysée et à Bercy, l'élu propose la hausse « de cotisations pour les allocataires de revenus de substitution (principalement les pensions de retraite) qui s'exilent fiscalement ». Cette proposition pourrait devenir un amendement dans le cadre du prochain vote du budget, rapporte Les Echos ce jeudi 11 septembre.

Pour rappel, l'augmentation de la CSG concerne 7 millions de retraités français. Les retraités résidents à l'étranger y échappent, malgré un décret promulgué en décembre 2017. Cette mesure répercutait la hausse sur leur cotisation d'assurance maladie. Le gouvernement l'avait abandonnée en février dernier, parce qu'elle touchait tous les retraités sans tenir compte de leur niveau de pension.

Définir un seuil

L'arrivée du prélèvement à la source dès le 1er janvier 2019 devrait changer la donner. D'après Sacha Houlié, l'administration aura ainsi connaissance du « montant des rémunérations, traitements, pensions perçus ». Cette donnée permettra d'établir « un seuil de déclenchement d'une augmentation de la cotisation », qui se fondera « sur la pension elle-même » et non sur le revenu fiscal de référence.

L'élu vise particulièrement les retraités installés dans des pays avec un régime fiscal avantageux. Cette note fait réagir sa collègue Anne Genetet, députée des Français de l'étranger (LREM). « Vouloir appliquer le même taux de CSG aux retraités en France et à l'étranger n'a pas de sens.Quand on part à l'étranger, on cotise à un système de protection sociale qui peut avoir d'autres inconvénients », proteste-elle.

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • bali16
    12 septembre19:55

    A l'etranger, on ne beneficie pas de la Secu malgre la cotisation. Ceux qui restent de France doivent etre taxes pas ceux à l'etranger

    Signaler un abus

  • gueho1
    12 septembre19:51

    Ceci est fort logique. Pensez-vous qu'à 80 ans et plus, ces retraités de l'étranger font y rester ? Et que non. Ils rentrent vite fait en France car ici ils bénéficient de soins largement supérieurs qu'à l'étranger. Aussi il est dès plus souhaitable qu'ils participent comme les retraités qui restent en France, au financement social. Et pour la plupart de ceux qui partent vivre à l'étranger, ceux-ci sont loin de percevoir des retraites de misère.

    Signaler un abus

  • heimdal
    12 septembre19:07

    Bientôt ce sera une malédiction d'être français .

    Signaler un abus

  • vazi
    12 septembre19:04

    la solidarité doit aussi s'étendre pour le jour den" solidarité" des vieux et des handicapés, dont seul les salariés sont taxés, hormis tte les professions libérales et d'autres

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.