1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Impôt sur la fortune immobilière : premier bilan de l'impact de la réforme de l'ISF
Boursorama avec Newsgene12/08/2019 à 15:21

Impôt sur la fortune immobilière : premier bilan de l'impact de la réforme de l'ISF

Les premières données sur l'impôt sur la fortune immobilière permettent de mieux mesurer l'impact de la réforme. Les assujettis à l'IFI gagnent en moyenne mieux leur vie que les contribuables qui payaient l'ISF. Les mesures concernant certaines niches fiscales semblent aussi avoir porté leurs fruits. 

Premier bilan pour l'impôt sur la fortune immobilière (IFI), un an seulement après la première collecte du successeur de l'ISF. Le député Joël Giraud (LREM) a rendu son rapport sur l'application des mesures fiscales dans lequel il accorde une large place à l'IFI, rapporte Les Echos. Ce document permet de dresser un profil plus précis des 132 722 contribuables assujettis à ce nouvel impôt en 2018. Pour rappel, 358 000 Français avaient payé l'ISF lors de sa dernière collecte.

Le revenu moyen des assujettis a augmenté par rapport à l'ISF

Bercy a récolté 1,3 milliard d'euros pour cette première cuvée. Comme prévu, l'actif net imposable a considérablement diminué puisque seuls le patrimoine immobilier est désormais pris en compte : il est passé de 1.028 milliards d'euros à 300 milliards d'euros.

Autre enseignement : ceux qui paient l'IFI ont un revenu moyen supérieur à ceux qui payaient l'ISF. Le revenu fiscal de référence des assujettis s'élève en moyenne à 234 000 euros annuels contre 165 000 euros lors de la dernière année de l'ISF. 

Le recours au plafonnement a chuté

La réforme a aussi permis à l'Etat de gagner de l'argent en limitant le recours au plafonnement de l'impôt. Ce dispositif permet au contribuable de limiter la note à 75 % de ses revenus. Le manque à gagner a atteint jusqu'à 1,3 milliard d'euros du temps de l'ISF. Lors de cette première collecte de l'IFI, il a été limité à 91 millions d'euros.

La réforme de la niche fiscale des dons aux associations semble aussi avoir rempli sa mission. En 2018, seuls 19 861 foyers ont déclaré des dons au titre de l'IFI, « soit une baisse de 60 % » indique Les Echos. Le montant total de cette « ristourne fiscale » s'élève à 137 millions d'euros, soit une chute de 30 %.

La réduction d'impôt pour les investissements dans les PME a elle aussi considérablement diminué en passant de 550 millions à 160 millions d'euros.

26 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3366730
    13 août23:49

    Certains sont pitoyables par leur méconnaissance/dogme sur l'immobilier en France, sa surtaxation (au moins 36 impôts/taxes visant cet actif). Il suffit de constater le nombre de propriétaire qui depuis 2012, FH ont vendus leur biens pour le placer dans des actifs moins taxés ou s'expatrier.........C'est comme ceux qui stigmatisent le CICE alors qu'en parallèle les Gts Hollande ont taxés 8 fois plus les entreprises ;)

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer