Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

En plein confinement, il se lance pour ressusciter les jeux de société incomplets
information fournie par Le Figaro23/12/2020 à 06:00

(Crédits photo : Unsplash - JESHOOTS.COM )

(Crédits photo : Unsplash - JESHOOTS.COM )

ILS ONT CHANGÉ DE VIE EN QUÊTE DE SENS (3/3) - Avec Refaites vos jeux, lancé début novembre, Antoine Gallée refait vivre des jeux de société en proposant à prix mini les pièces manquantes récupérées en ressourceries. Il est totalement dépassé par son succès.

«Dix de Chute: hier soir, j'en ai mis cinq en ligne et j'ai été dévalisé en 5 minutes. Puissance 4 et Le Cochon qui rit, c'est fini, je n'en ai plus aucun. Or essayez de jouer au Puissance 4 avec une pièce manquante, c'est impossible...». Un mois et demi après avoir lancé Refaites vos jeux, Antoine Gallée est victime de son succès.

Et pourtant, au départ, ce n'était qu'un loisir. Éducateur spécialisé le jour, Antoine Gallée est également, à ses heures perdues, bénévole dans la coopérative 5 pour 100 de sa ville, Caen. Désespéré de constater le nombre de jeux de société incomplets donnés à la ressourcerie qui finissent à la poubelle, il commence à récupérer les pièces à l'unité avant qu'elles ne soient jetées.

Une démarche écologique et de consommation responsable

Arrive le confinement. «J'étais en télétravail et cette période a été l'occasion de réfléchir à mon projet». Ce passionné de jeux de société et père de deux enfants de 6 et 8 ans, qui a déjà créé trois jeux de société pour tout-petits * quand son fils aîné avait deux ans, ne cache pas qu'il a toujours eu la fibre entrepreneuriale. «La plupart des centaines de nouveaux jeux qui sortent chaque année durent quelques mois et finissent au fond d'un placard. Ma démarche est écologique et s'inscrit dans un esprit de consommation responsable». «Mon idée est de proposer à la vente les pièces d'origine des grands classiques, à petit prix, car il faut que ce soit accessible pour l'acheteur: il est exclu qu'il en coûte plus de 5 euros pour compléter un jeu», explique l'entrepreneur. De fait, le forfait est d'un euro par commande et 20 centimes par pièce. Cela peut monter jusqu'à 50 centimes pour une plus grosse pièce et d'un à trois euros par plateau de jeu, de telle sorte que le prix moyen d'une commande est de 2,50 euros.

Déjà 5 000 abonnés Facebook

Pendant six mois, ce passionné a stocké des pièces. C'est début novembre qu'il a lancé son service via une page Facebook, qui compte déjà 5000 abonnés. «Je pensais juste écouler une pièce de temps en temps mais dès le mois de décembre, j'ai été très vite submergé de demandes et cela ne cesse de s'accélérer. Jamais je n'aurais pu imaginer ça» . Toujours salarié, ce sont ses soirées (5 heures par jour) et ses week-ends qu'il consacre à poster sur Facebook les offres dont il dispose et à répondre aux commandes, sans parler de l'expédition des colis.

Et son initiative fait boule de neige. Il est contacté par de nombreuses ressourceries, qui lui proposent des dons. Il stocke chez lui entre 120 et 130 jeux. Sa matière première étant gratuite, il a peu de charges et a opté pour le statut d'autoentrepreneur, du moins dans un premier temps. Mais le faible prix de vente des pièces à l'unité fait que le temps passé par commande n'est pas encore rentable. «Le projet a du sens pour moi et répond à une vraie demande mais il faudrait que je gagne au moins 800 euros par mois pour en vivre, ce qui semble compliqué», reconnaît l'intéressé.

Le jouet d'occasion, un marché en devenir

D'autres projets ont déjà vu le jour dans cet univers, avec des concepts un peu différents. Tout pour le jeu vend des dés, cartes, pions et autres accessoires de jeux standards neufs. Brigitte Thomas a lancé pour sa part il y a trois ans Ludessimo, en récupérant aussi des dons, mais ce sont des jeux et jouets complets d'occasion qu'elle commercialise. «Nous ne sommes pas concurrents, ils m'ont passé des commandes », explique Antoine Gallée. À noter qu'Il arrive à ce dernier de vendre aussi des jeux complets lorsqu'il arrive à compléter un jeu d'occasion. Autant dire qu'en cette période de fêtes et de confinement, ils partent comme des petits pains. D'autant que les cadeaux de seconde main sont de plus en plus décomplexés, entre budgets serrés et souci croissant de l'environnement.

Mais Antoine Gallée est convaincu que son succès n'est pas lié à la période des fêtes et répond à un véritable besoin. Aujourd'hui, il a besoin de se poser un peu pour réfléchir à son modèle économique. Et va commencer par... déménager, ses stocks commençant à devenir quelque peu encombrants.

*Saute-moutons et Victor et les abeilles (chez Oxybul) et Memo Shop (chez Djeco)

0 commentaire

Annonces immobilières