1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Découvrez à quoi ressembleront les villes en 2050
Le Figaro14/03/2018 à 06:01

EN IMAGES - Quelle vie mènera-t-on dans les villes en 2030 et 2050 ? C'est ce que fait découvrir cette année le Mipim, salon international des professionnels de l'immobilier qui se tient jusquà vendredi à Cannes.

Aujourd'hui bruyantes, congestionnées et énergivores, les grandes villes de la planète pourraient changer de visage. Pour faire place à des mobilités plus douces et plus fluides, davantage de verdure, d'espaces publics ou partagés et d'immeubles capables de changer d'usage. Bien sûr, cette ville de l'avenir sera durable et économe en ressources. C'est en tout cas les projets et les initiatives déjà lancées ici et là, par les acteurs de la ville.

Pourquoi tant de bouleversements alors que la cité existe depuis des millénaires? Deux facteurs expliquent ce changement. D'abord, le monde se «métropolise». En 2050, deux tiers des habitants de la planète seront citadins. Or les villes d'hier ont été bâties pour une population plus réduite et moins mobile. Sans oublier les ressources naturelles qui s'épuisent et le climat qui change. Ensuite, l'accélération technologique (numérique, intelligence artificielle) aura des répercussions sur cet écosystème complexe qu'est la ville.

» LIRE AUSSI - Le Figaro lance un nouveau supplément immobilier

L'arrivée de nouvelles mobilités va transformer la cité. «La mise en service d'un réseau de véhicules autonomes partagés permettra de choisir un itinéraire commun avec un trajet optimisé», prévoit Cécile Maisonneuve, présidente de La Fabrique de la Cité, un think-tank sur les innovations urbaines. «On va s'orienter vers des transports en commun à la demande», poursuit Julien Villalongue, directeur prospective et innovation de Léonard, plateforme prospective et d'innovation du groupe Vinci. À terme, cela amènera à la suppression des bus et des arrêts traditionnels sur la voirie, tout comme celle des places de stationnement. La libération de ces espaces sur la voirie pourra être ainsi redonnée aux habitants. «Ces gains de surfaces sont une juste contrepartie à la ville plus dense. Avant, les lieux publics n'étaient que des interstices résiduels entre deux immeubles, demain ils seront conçus pour offrir un environnement de qualité», assure Thibault Lauprêtre, directeur général des projets transverses d'Altarea Cogedim.

«Sense-City»

Dans la ville de demain, des capteurs seront disséminés partout. La ville intelligente permettra même de faire dialoguer l'éclairage public et les feux de signalisation avec le trafic automobile ou la présence des passants. Une miniville grandeur nature, baptisée «Sense-City», vient d'être construite sur le campus de la cité Descartes à Champs-sur-Marne. «Nous y testerons dans des conditions réelles l'efficacité de ces capteurs et leur vieillissement dans le temps. Car dans notre ville sous globe dotée d'un immeuble, de deux maisons et de routes, les précipitations et la température sont réglables à volonté», détaille Anne Ruas, chercheuse à l'IFSTTAR et collaboratrice de ce projet de recherche qui va durer trente ans.

» LIRE AUSSI - Ces villes où acheter un logement sera rentabilisé plus vite que de louer

Si les données récoltées par les capteurs seront utiles en temps réel pour la bonne gestion de la ville, elles seront aussi stockées et analysées par la municipalité ou l'exploitant de ces systèmes pour créer de nouveaux services gratuits ou payants pour les habitants. «Pour bien récupérer et exploiter toutes ces données et communiquer avec ses habitants, la "smart city" devra disposer évidemment d'une haute connectivité Internet avec la 5G accessible partout», insiste Frédéric Motta, directeur général de WiredScore France.

Défi de la verticalité

«L'augmentation du nombre d'habitants va obliger à densifier encore, en jouant sur la verticalité des immeubles et en valorisant les sous-sols. Aujourd'hui sous-exploités, ces derniers pourraient être mieux aménagés créant ainsi des surfaces supplémentaires», affirme Cécile Maisonneuve. «C'est d'autant plus crédible, qu'avec l'essor des véhicules autonomes partagés, les nombreux parkings sous-terrain deviendront inutiles», complète Julien Villalongue.

La cité de demain promet aussi d'être énergétiquement plus sobre. Ainsi à l'échelle d'un îlot ou d'un quartier de ville, la «smart city» sera en mesure de connaître précisément la production et la consommation énergétique (chauffage, électricité). «Il sera possible de piloter des transferts et des échanges d'énergies entre différents bâtiment process (logements, bureaux, équipements publics)», prévoit Maurice Sissoko en charge du pôle promotion d'Icade.

» LIRE AUSSI - Les taxes découragent les Français d'acheter une résidence secondaire

Plus verte, la ville de demain fera la part belle à la biodiversité avec ses immeubles aux façades encore plus végétalisées et l'essor de l'agriculture urbaine sur les toits d'immeubles ou à leurs pieds. Priorité sera donnée aux circuits courts et à l'économie circulaire. «Les nouveaux immeubles seront érigés avec une partie de matériaux recyclés issus d'anciennes constructions», affirme Nicolas Gravit, directeur général d'Eiffage aménagement.

«Dans tous leurs appels à concours, les municipalités demandent aux candidats de concevoir des morceaux de ville de plus en plus grands, à la fois verts, mixtes, innovants et générant du lien social. La sélection se base sur les propositions innovantes avant même que le quartier ne soit dessiné», souligne Véronique Bédague, secrétaire générale de Nexity. Qualité de vie, bien-être et santé devraient être au rendez-vous de la ville de demain. Mais son individualisation à outrance ne risque-t-elle pas d'isoler les habitants?

4 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • dupon666
    14 mars17:47

    faut bien faire rêver les bisounours...au mieux ils auront le RER Y et Z

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Annonces immobilières

Les Risques en Bourse

Fermer