Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Cet octogénaire ne peut pas aller en Ehpad à cause de la pension alimentaire qu'il verse à son ex
information fournie par Boursorama avec Newsgene28/01/2022 à 14:10

La pension alimentaire de 700 € représente aujourd'hui un tiers des revenus du retraité. (illustration) (Pixabay / sabinevanerp)

La pension alimentaire de 700 € représente aujourd'hui un tiers des revenus du retraité. (illustration) (Pixabay / sabinevanerp)

Un homme de 85 ans vivant à Arras (Pas-de-Calais) ne peut pas financer son placement en Ehpad alors que ses problèmes de santé ne lui permettent plus de vivre à domicile. Atteint de la maladie d'Alzheimer, l'octogénaire doit en effet encore verser 700 € de pension alimentaire à son ex-femme après un divorce prononcé… en 1983.

Un octogénaire du Pas-de-Calais est actuellement dans une situation financière absurde qui l'empêche de loger en Ehpad alors que son état de santé l'impose. Ce retraité de 85 ans, actuellement domicilié à Arras, n'a en effet pas les moyens d'aller en maison de retraite à cause d'une pension alimentaire qu'il continue de verser à son ex-femme, rapporte La Voix du Nord .

Le retraité privé d'aides sociales

Lors du divorce prononcé en 1983, l'homme (alors âgé d'une quarantaine d'années) s'est vu dans l'obligation de verser 700 € de pension alimentaire tous les mois à son ancienne compagne, qui ne travaillait pas. L'Arrageois paie toujours cette pension, qui représente aujourd'hui un tiers de sa retraite.

Le retraité est désormais atteint de la maladie d'Alzheimer et son état de santé s'est dégradé rapidement, nécessitant un placement en maison de retraite. Mais ses finances ne le permettent pas, et il ne peut toucher d'aide sociale car la pension alimentaire qu'il verse n'est pas comptée comme une charge par le Département.

Une nouvelle demande de révision

Le fils de l'octogénaire a engagé des démarches pour placer son père sous tutelle et faire réviser la pension. « Ces deux étapes vont prendre plusieurs mois chacune, alors que l'état de santé de mon père s'est dégradé rapidement , explique-t-il à La Voix du Nord . Son placement devient urgent. »

Par le passé, deux demandes de révision de la pension alimentaire ont déjà été rejetées par la justice. La famille espère une nouvelle décision plus favorable au vu de l'état de santé du retraité. Son fils a déjà consulté un juriste, qui s'est étonné de la « longévité et du montant » de la pension destinée à l'ex-compagne.

23 commentaires

  • 31 janvier09:33

    Franchement c'est comme cela qu'ils traitent nos aînés donc ils donnent raisons à Orpea et KorianC'est à ?


Annonces immobilières