1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Assurance vie : 3 astuces pour récupérer le capital après le décès de l'assuré

Boursorama avec Pratique.fr24/09/2018 à 08:30

Suite au décès du souscripteur d'un contrat d'assurance vie, le ou les bénéficiaires doivent accomplir certaines formalités administratives et fiscales spécifiques afin de récupérer le capital. Voici la marche à suivre.

Assurance vie : 3 astuces pour récupérer le capital après le décès de l'assuré / iStock.com - lovelyday12

Se renseigner sur l'identité des bénéficiaires

Il peut arriver que, dans certaines circonstances, les bénéficiaires d'un contrat d'assurance vie s'ignorent. Ce qui explique que plus de 5 milliards d'euros de capital n'aient toujours pas été transmis aux bénéficiaires. Afin de résoudre ce problème, il est possible de se renseigner via un notaire qui peut accéder au fichier central des assurances vie, le Ficovie. Les bénéficiaires y sont dûment répertoriés. Aussi, par prudence, il est conseillé de contacter l'Agira, association recensant la totalité des bénéficiaires des contrats d'assurance vie.  Dernière source possible : le site Ciclade.fr. La plateforme web permet de connaître l'existence d'un contrat et l'identité des bénéficiaires lorsque le décès de l'assuré remonte à plus de dix ans. A savoir : les bénéficiaires disposent d'un délai légal de trente années pour récupérer le capital. 

Contacter l'assureur et constituer le dossier

Plusieurs documents sont à transmettre à l'assureur afin de pouvoir récupérer le capital. Un dossier complet qui comporte nécessairement les pièces suivantes :  l'acte de décès du souscripteur ;  l'original du contrat d'assurance vie ; un RIB ; une copie recto-verso d'un document d'identité ; une attestation de « dévolution successorale » ou un acte de « notoriété » dans le cas où le bénéficiaire du contrat est le conjoint, un enfant, un petit-enfant ou un héritier. Cet acte notarié permet d'officialiser le lien parental existant entre le défunt et le ou les bénéficiaires ; une copie du PACS dans la mesure où il lie le défunt au bénéficiaire ; un certificat de vie commune ou de concubinage le cas échéant ; une copie du livret de famille. Ce dossier complet doit être envoyé à l'assureur en Recommandé avec accusé de réception afin d'en conserver la trace.

Être en règle avec le fisc

Avant de percevoir la somme capitalisée dans le contrat, le bénéficiaire doit apporter la preuve qu'il est en règle d'un point de vue fiscal. Pour cela, il est obligatoire de faire parvenir à l'assureur un « certificat d'acquittement » ou un « certificat de non-exigibilité ». Dans le premier cas, il s'agit de démontrer que les droits de succession ont bel et bien été réglés tandis que dans le deuxième, la formalité permet d'attester qu'aucun droit n'était dû. Pour obtenir ces documents, le bénéficiaire doit s'adresser à un notaire qui établit une déclaration de succession partielle. Ce document est à envoyer au service des impôts qui délivre en retour le certificat d'acquittement ou le certificat de non-exigibilité requis par l'assureur. Une fois le dossier complété et envoyé à l'assureur, celui-ci transmet le capital dans un délai légal d'un mois maximum, la moyenne tournant autour de dix à quinze jours. Le versement de la somme peut être effectué par chèque ou via un virement bancaire. Étant donné que le contrat est stoppé au décès de l'assuré et que de facto l'épargne cesse de fructifier, il est vivement conseiller d'entreprendre au plus vite les démarches pour récupérer le capital.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • gouraudp
    24 septembre09:35

    C'est faux c'est l'assureur qui vous envoie le certificat de non exigibilité avec la date et la somme ensuite vous envoyer cette feuille aux impôts qui vous la retourne tamponnée et vous la faites parvenir ensuite à l'assureur pour le paiement le notaire n'as rien à faire la dedans l'assurance vie est hors succession.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.