Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Arnaque à la rénovation : Une entreprise aurait détourné 1,7 million d'euros à 227 victimes
information fournie par Boursorama avec Newsgene01/03/2023 à 17:18
Temps de lecture: 1 min

Les huit mis en cause seront jugés en juillet 2022, notamment pour escroquerie en bande organisée. Photo d'illustration.  (AKuptsova / Pixabay)

Les huit mis en cause seront jugés en juillet 2022, notamment pour escroquerie en bande organisée. Photo d'illustration. (AKuptsova / Pixabay)

Un couple résidant en Dordogne est soupçonné d'avoir escroqué près de 230 personnes dans divers départements au moyen de leur entreprise de rénovation et d'isolation basée à Limoges (Haute-Vienne). Le préjudice est évalué à 1,7 million d'euros. Huit personnes ont été placées sous contrôle judiciaire dans cette affaire.

Un couple de quadragénaire de Montignac-Lascaux (Dordogne) a été placé en garde à vue fin février et comparaîtra ultérieurement devant la justice. Il est soupçonné d'escroquerie en bande organisée, a précisé Baptiste Porcher, le procureur de Limoges (Haute-Vienne), cité par France Bleu . A la tête d'une société de rénovation basée à Limoges, les deux entrepreneurs sont suspectés d'avoir arnaqué près de 230 clients dans plusieurs départements. Le préjudice total dépasserait 1,7 million d'euros.

Stratagèmes et insistance

L'enquête avait démarré en septembre dernier après des dépôts de plaintes. Il est apparu que l'entreprise se présentait aux particuliers comme « un organisme de contrôle de l'amélioration de l'habitat » , a indiqué le parquet. Les cibles, majoritairement des personnes âgées, étaient contactées par des commerciaux particulièrement insistants. Ceux-ci utilisaient divers moyens pour convaincre les habitants qu'il était indispensable que des travaux soient réalisés dans leur logement.

Pour asseoir leur crédibilité, ils présentaient de fausses cartes tricolores, a détaillé le procureur. Les 227 victimes répertoriées dans ce dossier résident en Dordogne, en Haute-Vienne, en Gironde, dans le Lot, l'Allier, mais aussi dans le Loir-et-Cher et l'Eure-et-Loir. Les deux gérants de l'entreprise ne sont pas les seuls visés par la justice. Six autres personnes vont devoir répondre de leurs actes.

Huit personnes jugées en juillet 2023

Parmi elles figure un directeur d'agence basé à Boulazac (Dordogne) ainsi que d'autres responsables opérant depuis différents départements. Outre l'escroquerie en bande organisée, les chefs d'accusation de pratique commerciale trompeuse ou agressive, ou encore d'abus de biens sociaux, ont été retenus. Les huit individus ont été placés sous contrôle judiciaire en attendant leur procès, prévu les 6 et 7 juillet 2023. Leurs comptes bancaires ont été saisis à titre conservatoire.