Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Prince Philip: entre modernité et conservatisme
Le Particulier pour BoursoraMag13/04/2021 à 08:30
Temps de lecture: 4 min

Le duc d'Edimbourg vient de décéder. Il avait renoncé à l'ensemble de ses titres pour épouser Elizabeth II. crédit photo : Shutterstock

Le duc d'Edimbourg vient de décéder. Il avait renoncé à l'ensemble de ses titres pour épouser Elizabeth II. crédit photo : Shutterstock

Mari de la reine Elizabeth II, le Duc d'Edimbourg vient de s'éteindre à l'âge de 99 ans. Il laisse derrière lui de nombreuses initiatives ayant permis l'entrée dans la modernité de la couronne britannique. Mais également des bourdes et des excès de langage qui lui seront régulièrement reprochés.

Le Prince est mort

C'est un coup dur pour le peuple britannique. Entre la gestion de la pandémie de coronavirus et les premiers impacts concrets du Brexit, les sujets d'Elizabeth II découvrent au matin du 9 avril 2021 la disparition du Prince consort. Philip Mountbatten décède à l'âge de 99 ans, quelques mois à peine avant d'atteindre les 100 ans, laissant celle qu'il surnommait affectueusement Lilibet seule, après 73 ans de mariage. Depuis le 9 avril, le plan «Forth Bridge» est lancé. Le déploiement protocolaire décidé par Buckingham suit son cours. Et la population britannique est partagée entre vive émotion, compassion pour la reine... et soulagement pour certains. Car Philip est loin d'avoir toujours été exemplaire.

Cap sur le Royaume-Uni

Né le 10 juin 1921, sur l'île de Corfou, il est le cinquième enfant du prince André de Grèce et de la princesse Alice de Battenberg. Le seul fils et donc le seul à pouvoir prétendre à la couronne de Grèce ainsi qu'à celle du Danemark, du côté de sa mère. Toutefois, la guerre Gréco-Turc de 1919 à 1922 le rattrape. La vie du prince André est en jeu. Il faut fuir la Grèce. Direction le Royaume-Uni où la mère de Philip possède des ascendants. Le jeune prince rêve alors de carrière militaire et s'engage auprès de la Royal Navy à l'âge de 18 ans en 1939.

C'est au cours de la même année qu'il commence à correspondre avec une jeune princesse. Elizabeth, fille ainée et héritière à venir du roi George VI qu'il a rencontrée pendant ses études au collège naval de Dartmouth. Le jeune homme aux allures de viking du haut de ses 1m90 brille sur le champ militaire. Cité à l'ordre de la Royal Navy le 3 février 1942. Détenteur de la croix de guerre française 1939-45 avec palme. Il reçoit également la croix de guerre grecque de la Vaillance 13 et finit en 1952 au grade d'amiral.

Un homme à femme?

Dans le même temps, Philip scelle au sortir de la Seconde Guerre mondiale son union avec Elizabeth. Les amoureux se disent oui le 20 novembre 1947. Un acte fort pour le nouveau Duc d'Edimbourg qui, par ce mariage, renonce à sa nationalité et à ses anciens titres nobiliaires pour prendre le nom de Philip Mountbatten et embrasser l'anglicanisme, la religion d'Etat. Lorsqu'Elizabeth accède au trône après la mort de son père en 1952, Philip doit se conformer à un protocole inédit. Marcher deux pas derrière sa femme ou encore être exclu des affaires confidentielles touchant au Royaume-Uni. Une situation qu'il vit mal et qui contribue à le pousser, selon la presse britannique, dans les bras d'autres femmes. N'est-il pas, après tout, membre depuis 1946 du Thursday Club. Un cercle privé où le Duc d'Edimbourg multiplie les déjeuners arrosés en compagnie de jolies femmes. On lui prête une trentaine d'aventures dont certaines en compagnie de grandes actrices comme Zsa Zsa Gabor ou Shirley Maclaine.

Une rumeur renforcée par le rôle qu'on lui prête dans la série à succès de Netflix The Crown. Le prince y est alors décrit comme un homme à femmes. Dans la saison 2 de la série, on lui prête une relation avec une danseuse de ballet russe ou encore des participations à des parties fines. Mais aucune preuve n'est jamais sortie dans les tabloïds et les scénaristes de chez Netflix admettent avoir exagérer voire romancer des pans entiers de la série des personnages.

Le prince gaffeur

Philip, «prince charmeur»? C'est possible, même si pour les Britanniques, il est surtout un «prince gaffeur» voire raciste, sexiste... et complètement stupide. A un moniteur d'auto-école écossais en 1995, il demande: «Mais comment faites-vous pour convaincre les gens du coin d'arrêter de boire le temps de passer leur permis?«. A un aborigène croisé en 2002 il s'interroge: «Vous vous battez toujours à coups de lance?» Les citations sont multiples. A tel point que chaque année, la presse propose dans ses pages un best of des pires phrases du prince consort. Le duc d'Edimbourg est également connu pour sa dureté envers ses enfants Charles, Anne, Andrew et Edward. Du premier il dira qu'il estime qu'il ne ferait pas un bon roi s'il venait à accéder au trône.

Les frasques du prince

Toutefois, l'homme est plus qu'un simple gaffeur. Philip fait entrer la monarchie britannique dans la défense de l'environnement. Il dirige de 1981 à 1996 le World Wide Fund, le fonds mondial de préservation de la nature. Grâce à lui la Loire est restée le dernier fleuve sauvage d'Europe. Il crée également en 1956 la Duke of Edinburgh Awards Scheme pour venir en aide à la jeunesse en difficulté. Le prince consort est l'homme de l'ombre d'Elizabeth et malgré un premier abord réactionnaire, il contribue à moderniser l'image de la couronne britannique dès 1969 en ouvrant les portes du palais à la télévision à travers un reportage nommé Royal Family. Le programme remporte un vif succès. C'est également lui qui incite la reine à pratiquer plus souvent des bains de foule.

Réunir la famille

En 2017, le prince Philip se retire de la vie publique. Les premiers soucis de santé se font sentir et dès janvier 2019, le nonagénaire est à l'origine d'un accident de voiture dans laquelle une conductrice est blessée. Son permis lui sera retiré. S'il a fait partie des premiers vaccinés contre la Covid-19 avec la reine, il ne pourra pas voir le monde d'après la pandémie se déployer. Le contexte sanitaire chamboule l'organisation des funérailles du prince consort, l'événement sera peut-être l'occasion pour une famille royale récemment divisée depuis le départ de Harry, de se retrouver tous ensemble. Comme un dernier geste du Duc d'Edimbourg pour unir sa famille royale.

A lire aussi:

La nouvelle vie du Prince Harry aux USA

Les familles royales les plus riches du monde

Le Prince Harry et Meghan Markle attendent un nouvel enfant

Les acteurs les mieux payés au monde en 2020

Les Risques en Bourse

Fermer