Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Une troisème garde à vue dans le cadre de l'attaque de Nice
Reuters31/10/2020 à 11:12

UNE TROISÈME GARDE À VUE DANS LE CADRE DE L'ATTAQUE DE NICE

UNE TROISÈME GARDE À VUE DANS LE CADRE DE L'ATTAQUE DE NICE

PARIS (Reuters) - Un troisième homme lié à l'attaque commise jeudi à Nice a été placé en garde à vue, a-t-on appris samedi de source policère.

Trois personnes ont été tuées jeudi matin lors de cette attaque perpétrée dans la basilique Notre-Dame par un ressortissant tunisien de 21 ans, qui a été grièvement blessé lors de son interpellation.

L'assaillant, qui a crié "Allah Akbar" lorsque les policiers sont intervenus, était en situation irrégulière et n'était pas connu des services de renseignement, a indiqué jeudi le procureur de la République antiterroriste.

Il était arrivé le 20 septembre sur l'île de Lampedusa, puis le 9 octobre à Bari (Italie) avant de se rendre en France.

Le parquet national antiterroriste a ouvert une enquête de flagrance pour assassinat en relation avec une entreprise terroriste, tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle.

L'Elysée a fait savoir samedi que le président Emmanuel Macron s'était entretenu la veille avec le pape François.

"Ils ont (...) eu un échange approfondi sur la liberté d'expression, l'importance d'exprimer et d'apaiser les désaccords par le dialogue et sur le rejet absolu du terrorisme et de l'idéologie de la haine qui divise, tue et met en péril la paix", a dit la présidence française.

(Rédaction de Paris)

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • rodde12
    31 octobre17:00

    Il parait évident que le meurtrier n'est que l'idiot utilisé par des gens qui se cachent et n'ont pas le courage de faire ce qu'ils veulent. Dans beaucoup de cas le meurtrier est faible d'esprit et conditionné pour faire le travail dangereux . Ce sont les instigateurs qu'il faut frapper même s'ils dirigent un pays. Le totalitarisme ne connait qu'une idéologie fruste et ses dirigeants l'utilisent pour des fins qui n'ont rien a voir avec ce qu'ils prônent.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer